BFMTV

Marseille, la ville « poubelle »

-

- - -

La campagne des municipales à Marseille pourrait se jouer sur la saleté et les ordures. Seul point noir apparent du mandat de Gaudin, la propreté de la cité phocéenne est au cœur des débats.

Jean-Claude Gaudin, le maire UMP sortant et Jean-Noël Guerini, socialiste et président du conseil général des bouches du Rhône arpentent Marseille au contact des citadins. L’objectif : Rassurer sur les moyens qui vont être mis en œuvre pour nettoyer la ville.
Car la propreté de la ville, ou plutôt sa saleté, est devenue le thème principal d’une élection municipale encore à l’avantage du maire sortant Jean-Claude Gaudin, en place depuis 1995. Mais la tâche est ardue pour l’équipe de Gaudin. Côté mairie, on rejette la faute aux 20% de la population qui se comportent mal. Argument plutôt impopulaire pour l’instant.
Guerini préfère, de son côté, remettre en cause le principe en place du « fini/parti » qui autorise les agents de la voirie à rentrer chez eux, une fois leur tournée terminée.
Mais les syndicats ne l’entendent pas de cette oreille. Le représentant du syndicat FO des agents territoriaux de la ville l’annonce : « Guerini a quand même réussi un beau coup médiatique en remettant en cause le « fini/parti ». Mais à huis-clos, il reste persuadé que sa suppression ne réglera pas le problème de la propreté de la ville. »
Les candidats ont donc deux styles différents mais une même volonté : Maintenir la paix sociale entre le personnel de la ville et l’équipe dirigeante. Gaudin la joue protecteur, alors que Guerini alterne menaces et compromis.

La rédaction-Bourdin & Co