BFMTV

Marine Le Pen "ne dit plus rien sur rien" selon Dupont-Aignan

La présidente du FN Marine Le Pen (D), et le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, lors d'une rencontre au siège du Front national, le 29 avril 2017

La présidente du FN Marine Le Pen (D), et le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, lors d'une rencontre au siège du Front national, le 29 avril 2017 - GEOFFROY VAN DER HASSELT, AFP/Archives

Pour lui, les électeurs "ne veulent pas de ce duel vécu en 2017" entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour.

Autrefois alliés, le torchon brûle entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan. Ce dimanche sur France 3, le candidat souverainiste à la présidentielle a assuré que la présidente du Rassemblement national "ne dit plus rien sur rien", alors qu'il s'était rallié à elle lors du scrutin national de 2017.

Les électeurs "ne veulent pas de ce duel vécu en 2017" entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour, "ils veulent autre chose", a assuré le député de l'Essonne lors de l'émission Dimanche en Politique.

Le choix de Nicolas Dupont-Aignan de faire cavalier seul en 2022 est à l'origine du départ de cadres -"une trentaine" selon lui- de son parti Debout la France vers le RN.

Ebauche de programme

Nicolas Dupont-Aignan a raillé dimanche les positions de Marine Le Pen en matière économique et sociale, notamment "quand elle dit qu'elle veut la retraite à 60 ans alors que tout le monde sait que c'est impossible."

Il a dit avoir proposé en vain "une grande primaire ouverte" à d'autres responsables qu'il juge "patriotes", citant le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, Marine Le Pen, ou l'ancien ministre PS Arnaud Montebourg.

Parmi ses propositions détaillées dimanche, le candidat souverainiste a notamment évoqué la transformation des prêts garantis par l'Etat pour aider les entreprises en prêts sur 25 ans, "sinon on aura 1 million de chômeurs en plus.". Il préconise également de créer 200.000 emplois jeunes pour les étudiants "qui sont en train de crever car ils n'ont plus de petits boulots".

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV