BFMTV

Mais où sont passées les déclarations de patrimoine des élus parisiens?

A l'intérieur de la mairie de Paris (Photo d'illustration).

A l'intérieur de la mairie de Paris (Photo d'illustration). - Joël Saget - AFP

Un an après leur élection, les élus du Conseil de Paris n'ont toujours pas publié leur déclaration de patrimoine, contrairement à ce qu'avait pourtant promis Anne Hidalgo.

C'était l'une des promesses de campagne d'Anne Hidalgo: mettre en place un code déontologique pour les élus du Conseil de Paris. Une bonne résolution répétée notamment lorsque la conseillère PS de Paris Yamina Benguigui avait été soupçonnée d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine, en avril 2014.

Voté le 20 mai dernier, deux mois après les élections municipales, le code de déontologie prévoit notamment la déclaration du patrimoine des élus dans les quatre mois après leur prise de fonction, puis une nouvelle fois un mois avant la fin de leur mandat, publiée sur le site paris.fr. Objectif: montrer qu'ils ne se sont pas personnellement enrichis au cours de leur mandat.

L'opposition souligne le "retard"

Un an plus tard, force est de constater qu'aucune déclaration n'est disponible sur le site de la mairie de Paris. "Ce qui a été promis n'a toujours pas été fait", fustige Pierre-Yves Bournazel, coprésident du groupe UMP au Conseil de Paris. "En un an, n'est-il pas possible de trouver les personnes compétentes"?

Du côté de la mairie, on se défend d'avoir laissé traîner le dossier. "On a fait voter le code de déontologie rapidement, mais il a fallu ensuite le modifier en tenant compte des remarques du président de la Haute autorité pour la transparence", justifie Mao Peninou, adjoint chargé de l'organisation et du fonctionnement du Conseil de Paris. Le cadre juridique définitif est donc fixé depuis la fin du mois d'octobre 2014, rappelle l'élu.

La commission officialisée fin mars

Autre étape: mettre en place la commission de déontologie qui fera appliquer le code, et la publication des déclarations. Outre un universitaire et une personne issue de la société civile, ses membres viendront de trois juridictions: la Cour des comptes, la Cour de cassation et le Conseil d'Etat. "Or ces institutions ont mis du temps à nous fournir les noms de leurs représentants", justifie Mao Peninou. Mais l'élu assure qu'ils seront annoncés d'ici à la fin du mois de mars, et devraient se saisir des déclarations dans la foulée.

Pour Pierre-Yves Bournazel, "certaines choses sont pourtant faciles à demander", comme la situation des élus sur le logement social. "Ce sera le rôle de la commission de se saisir du sujet", explique-t-on à la mairie de Paris. Si la plupart des élus ont pris les devants, les "Sages" de la commission seront sans doute saisis de deux ou trois cas d'élus qui restent encore à éclaircir.

https://twitter.com/ariane_k Ariane Kujawski Journaliste BFMTV