BFMTV

Macron sur la laïcité: "ni la négation du fait religieux, ni un outil qui lutte contre les religions"

Emmanuel Macron, le 31 août 2016.

Emmanuel Macron, le 31 août 2016. - Philippe Lopez - AFP

Emmanuel Macron a assuré, ce mardi soir, lors de l'inauguration à Paris du nouveau Centre européen du judaïsme (CEJ), que "la laïcité n’est ni la négation du fait religieux ni un outil qui lutte contre les religions".

Emmanuel Macron a inauguré ce mardi soir à Paris le nouveau Centre européen du judaïsme (CEJ), vaste ensemble culturel et religieux qui se veut un "lieu d'échanges" et une "vitrine du judaïsme européen".

Dans son allocution d'inauguration du CEJ, le président a abordé le sujet de la laïcité, sur lequel sa position ne semble pas très claire jusqu'à présent, en particulier concernant la question du voile. "Le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire. Le port du voile dans les services publics, à l'école, quand on éduque nos enfants, c'est mon affaire", avait-il déclaré, le 24 octobre dernier.

"La laïcité n’est ni la négation du fait religieux, ni un outil qui lutte contre les religions. La laïcité est d’abord un principe de liberté dans le respect de l’ordre public. La laïcité est un principe d’égalité. Croire ou ne pas croire ne pourrait être une cause de discrimination. La laïcité est un principe de fraternité, une forme de civilité française. Cette valeur d’union est parfois dévoyée par ceux qui veulent semer la haine et le combat", a-t-il indiqué ce mardi soir.

Alors qu'Emmanuel Macron s'exprimait au CEJ, le Sénat a voté, en début de soirée, l'interdiction des signes religieux pour les parents accompagnateurs. Ce vote fait suite à une proposition de loi déposée par plusieurs sénateurs LR en juillet dernier.

"La République fait bloc"

Emmanuel Macron a également voulu avoir "une pensée amicale et républicaine pour nos compatriotes gravement blessés dans la mosquée de Bayonne".

"La République fait bloc autour d’eux. Comme elle fait bloc autour de ses enfants quand l’obscurantisme apparaît", a-t-il souligné. 

Lundi, un homme a été arrêté après avoir tiré plusieurs coups de feu devant la mosquée de Bayonne, blessant deux fidèles. Il était toujours en garde à vue ce mardi.

Perrine Vasque avec Clément Boutin et l'AFP