× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
French President Emmanuel Macron attends the annual Bastille Day military parade on the Champs-Elysees avenue in Paris on July 14, 2017. The parade on Paris's Champs-Elysees will commemorate the centenary of the US entering WWI and will feature horses, helicopters, planes and troops.
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
 

Alors qu'une crise inédite l'oppose aux armées depuis les prises de position de l'ex-chef d'état-major Pierre de Villiers, le président de la République est attendu à 10 heures ce jeudi sur la base aérienne d'Istres, dans les Bouches-du-Rhône. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • mirabelle57
    mirabelle57     

    En vérité c'est un peureux,n'ayant jamais été confronté a une telle situation,c'est un homme faible qui monte sur ses ergots pour cacher ses faiblesses mais qui petit à petit se dévoilent,de son passé,que ce soit des chefs d'entreprises,banquiers ect .......tous ont dit que ce n'était qu'un arriviste pétri d'ambitions et qui n'avait aucune valeurs que celles de manipulations.

  • beaudolo
    beaudolo     

    LREM est devenu LREMA c'est-à-dire La République En Marche Arrière (ce n'est pas de moi mais c'est excellent, ça mérite d'être diffusé)

    vauban
    vauban      (réponse à beaudolo)

    la défaite cinglante vous aigris, vous n'arrivez pas à assumer vos erreurs !!!

  • vauban
    vauban     

    quand on parle de militaires, il y a les grosses légumes pas fraiches et puis il y a tout le reste ....

    beaudolo
    beaudolo      (réponse à vauban)

    C'est dur de constater qu'on s'est trompé sur la marchandise, n'est-ce pas?

    vauban
    vauban      (réponse à beaudolo)

    c'est vrai, De Villiers n'aurait jamais du être renommé !!!!!!

  • virgile999
    virgile999     

    Le naturel de M.Macron se dévoile peu à peu…le « Chef des armées » s’est comporté comme un Caporal mal assuré, obligé de faire pêter le galon.
    Dans l’armée, encore moins qu’ailleurs, la confiance et l’abnégation de ses subordonnés ne se décrètent pas. Rappeler « je suis votre Chef » révèle de la faiblesse. Un militaire a besoin d’admirer et l’admiration fait suite à une confiance totale, de celle qui fait croire à l’homme qui risque sa vie, qu’avec son Chef en tête, il reviendra victorieux et vivant…
    Noubliez pas, M.Macron, que la France entière a pu assister en direct et pendant des mois à votre comportement ambigu et très peu respecteux des chefs qui étaient les vôtres lorsque vous étiez ministre. Devenu candidat, vous avez promis d’augmenter le budget des armées, Président vous êtes allés à la rencontre de nos soldats au Mali pour le leur confirmer avant de distiller un bémol sur une baisse quelques semaines plus tard. Vous avez publiquement humilié le Chef d’état-major des armées alors que ce dernier avait émis un avis défavorable à cette mesure devant une commission de l’assemblée nationale réunie à huit clos. Cet Officier Général ne s’est jamais exprimé en public sur cette affaire.
    Après un parcours aussi peu élogieux vous venez de confirmer que vous n’êtes pas un chef à suivre au combat car, pour un militaire, vous n’êtes tout simplement pas fiable.
    Toutes les apparences seront trompeuses car à l’occasion de vos visites dans les unités, ils seront tous au garde à vous mais…si vous deviez aller au combat comme un Chef, c’est-à-dire sur le terrain et en tête, il vous faudrait alors prendre garde, aux balles perdues, qui,
    dans le confort du palais de l’Elysée, seront ce qu'il est coutume d'appeler, des peaux de bananes…

    beaudolo
    beaudolo      (réponse à virgile999)

    Excellent commentaire qui devrait faire réagir les Vauban, bergheim, sonntag67, bref tous ceux qui ont poussé dans le fossé avec le Divin Enfant!

  • virgile999
    virgile999     

    Le naturel de M.Macron se dévoile peu à peu…le « Chef des armées » s’est comporté comme un Caporal mal assuré, obligé de faire pêter le galon.
    Dans l’armée, encore moins qu’ailleurs, la confiance et l’abnégation de ses subordonnés ne se décrètent pas. Rappeler « je suis votre Chef » révèle de la faiblesse. Un militaire a besoin d’admirer et l’admiration fait suite à une confiance totale, de celle qui fait croire à l’homme qui risque sa vie, qu’avec son Chef en tête, il reviendra victorieux et vivant…
    Noubliez pas, M.Macron, que la France entière a pu assister en direct et pendant des mois à votre comportement ambigu et très peu respecteux des chefs qui étaient les vôtres lorsque vous étiez ministre. Devenu candidat, vous avez promis d’augmenter le budget des armées, Président vous êtes allés à la rencontre de nos soldats au Mali pour le leur confirmer avant de distiller un bémol sur une baisse quelques semaines plus tard. Vous avez publiquement humilié le Chef d’état-major des armées alors que ce dernier avait émis un avis défavorable à cette mesure devant une commission de l’assemblée nationale réunie à huit clos. Cet Officier Général ne s’est jamais exprimé en public sur cette affaire.
    Après un parcours aussi peu élogieux vous venez de confirmer que vous n’êtes pas un chef à suivre au combat car, pour un militaire, vous n’êtes tout simplement pas fiable.
    Toutes les apparences seront trompeuses car à l’occasion de vos visites dans les unités, ils seront tous au garde à vous mais…si vous deviez aller au combat comme un Chef, c’est-à-dire sur le terrain et en tête, il vous faudrait alors prendre garde, aux balles perdues, qui,
    dans le confort du palais de l’Elysée, seront ce qu'il est coutume d'appeler, des peaux de bananes…

  • Clairerenée
    Clairerenée     

    Trop tard! Un petit président n'humilie pas un grand Général. Un peu facile quand on sait que les militaires n'iront pas dans la rue. Et qui sait? Ils ont le soutien de nombreux citoyens. Video très émouvante du départ du Général sous les applaudissements.

  • MOI50
    MOI50     

    "Je suis derrière nos soldats". En principe, un bon chef est devant la troupe. Les militaires apprécieront

    Chriss97229
    Chriss97229      (réponse à MOI50)

    Le problème est que si il était devant il ne verrai pas ce qui se passe derrière, et c'est justement derrière que les choses importantes se passent, nous ne sommes plus au pont d'Ascoli, quoi qu'en pense certains.

    vanda100
    vanda100      (réponse à Chriss97229)

    Macron, pas fou, il serait derrière les troupes en effet car le danger risque de venir davantage d'elles que de l 'ennemi dans les républiques bananières !

    ♥ de France
    ♥ de France      (réponse à MOI50)

    Mdr ! C'est la technique du rebrousse-chemin de Perceval

  • Fairedanslesocialnepayepas
    Fairedanslesocialnepayepas     

    un collègue marin a plus de 10 semaine de vacances, il bosse à 20 minutes de son domicile à faire des rondes.

    les économies sont à faire là

    ♥ de France
    ♥ de France      (réponse à Fairedanslesocialnepayepas)

    Faire des rondes signifie qu'il surveille quelque chose, donc potentiel risque ! Dormez-vous à poings fermés, alors que d'autres peuvent être attaqués ? Est-ce de la jalousie ?

  • Léasar
    Léasar     

    Marron est complètement imbu de sa personne et en effet ce qui se passe est très grave pour les armées même si le reste de la France ne s'en rends pas forcément compte.
    C est une vraie humiliation d'où la salve de sortie pour le CEMA de Villiers. Car les forces ne sont pas du tout d'accord avec ce qu'il s'est passé !
    Reconquête de rien du tout ! Et il est loin d'imaginer ce qui pourrait se poursuivre . Macaron pense gérer l'armée comme Rothschild mais il se plante ! Et va se planter !!!

    Léasar
    Léasar      (réponse à Léasar)

    Je vous prie de m'excuser pour les deux fautes de frappe " marron et macaron " sont à remplacer par notre très cher président Macron, mais même mon clavier à du mal à l'écrire

    ♥ de France
    ♥ de France      (réponse à Léasar)

    Votre clavier bug, signe d'overdose du président, ne vous inquiétez pas le mien aussi :)

  • eldoudos
    eldoudos     

    Le cheffaillon des armées voit partir un grand chef pétri des plus belles qualités humaines qui font d'évidence défaut à ce président.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire