BFMTV

Macron défend un "chemin de crête" sur la question migratoire

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - ANDREAS SOLARO / AFP

Le président de la République estime que sa priorité politique dans le dossier des migrants est de préserver une "cohésion d'État".

C'est un sujet de tension, jusque dans la majorité et les soutiens du président: sur l'épineux dossier des exilés, Emmanuel Macron tente, tant bien que mal, de tenir une ligne médiane entre accueil humaniste et gestion des flux migratoires. "Nous essayons de tenir un chemin de crête", a ainsi expliqué à La Croix le chef de l'Etat, dans l'avion qui le ramenait de Calais.

Dans la foulée du pape François, Emmanuel Macron met en avant la notion de "prudence" dans ce dossier.

"Je ne peux pas donner des leçons d’accueil à des gens qui vivent déjà des situations difficiles", constate le président, évoquant le sort de ceux des habitants de Calais qui "subissent la situation".

Depuis Calais, le leader d'En Marche avait par ailleurs appelé les forces de l'ordre à l'exemplarité, leur demandant notamment d'éviter de confisquer les effets personnels des migrants

"Cohésion"

L'objectif politique du président de la République est donc, avant tout, de garantir "la cohésion d'un Etat", explique-t-il.

"Moi je ne veux pas que dans notre société des gens basculent dans le refus de l’autre et dans le rejet de l’autre. Si l’accueil de l’autre se fait sans ordre ou hors de la République, c’est ce qui se passera", détaille l'hôte de l'Élysée. "Je ne veux pas non plus que, parce que nous sommes face à ces difficultés, nous oubliions nos valeurs."

Une "tension éthique" que le président de la République explique assumer.

Louis Nadau