BFMTV

Valls sur Ali Bongo: Les Républicains dénoncent une "bourde diplomatique"

BFMTV

"Parce qu'il n'est pas élu, Ali Bongo?", rétorque l'humoriste. "Non... Pas comme on l'entend", rebondit Manuel Valls. La petite phrase glissée samedi soir sur le plateau de l'émission On n'est pas couché continue d'agiter. Dans un communiqué, Pierre Lellouche, délégué aux Affaires Internationales pour Les Républicains, a jugé "regrettable" la sortie du patron de Matignon. 

"Il est regrettable que le Premier ministre se soit laissé aller à parler de politique internationale dans une émission d’abord consacrée au divertissement, ce qui l’a amené à commettre une bourde diplomatique dont notre pays aurait pu faire l’économie", a estimé le député de Paris.

Sur France 2, Manuel Valls réagissait à la remarque de l'humoriste Jérémy Ferrari concernant la présence du président du Gabon, lors d'une élection contestée en 2009, à la marche républicaine le 11 janvier 2015. Le premier ministre préférait noter la participation du président de l'Autorité palestinienne et du Premier ministre israélien, ainsi que celle d'"un autre Africain, élu lui, Ibrahim Boubacar Keïta, au Mali"

"Dans la situation préoccupante que connaît aujourd’hui le Sahel et l’Afrique de l’ouest, où la France est militairement très engagée, il n’est pas sûr que des propos vexatoires et infondés de ce type soient d’une quelconque utilité pour la stabilité de la région, comme pour l’action de notre pays", dénote Pierre Lellouche.

Le Gabon a décidé de rappeler dimanche son ambassadeur en France, Germain Ngoyo Moussavou, pour consultation, laissant augurer de tensions diplomatiques.

J.C.