BFMTV

Valls personnalité politique de l'année? "Mérité", juge Baroin

François Baroin sur BFMTV mercredi 28 janvier

François Baroin sur BFMTV mercredi 28 janvier - BFMTV

François Baroin, sénateur-maire UMP de Troyes et ancien ministre, était mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC. 

Le sénateur-maire UMP de Troyes et président de l'Association des Maires de France (AMF), François Baroin, était ce mercredi l'invité de BFMTV et de RMC. Ce qu'il faut retenir de son entretien avec Jean-Jacques Bourdin.

#La note: Valls personnalité politique de l'année, c'est "mérité"

Décernés mardi soir, les prix du Trombinoscope ont comme chaque année récompensé les personnalités politiques. Manuel Valls a notamment été désigné "personnalité politique de l'année", et c'est "mérité", a jugé François Baroin mercredi matin sur BFMTV.

En revanche, le sénateur-maire UMP de Troyes n'est pas convaincu par le prix attribué à Ségolène Royal, désignée "ministre de l'année". "Elle prend de trop grandes libertés avec la parole et les engagements de l'Etat, notamment l'écotaxe", juge-t-il. Pour l'ancien ministre du Budget, Emmanuel Macron est "sûrement" la "révélation de l'année".

Pas convaincu non plus, François Baroin, par la récompense décernée au maire FN d'Hénin-Beaumont, Steeve Briois, désigné "élu de l'année". "Rien à voir avec le fait qu'il soit élu du Front national mais je ne comprends pas. Il s'agit de sa première élection et tout le monde peut être élu une fois, rendez-vous dans six ans", a-t-il dit, refusant au passage de commenter le boycott de la cérémonie par le président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone. 

# L'annonce: "Je ne voterai pas la loi Macron"

"Je ne voterai pas la loi Macron", actuellement débattue à l'Assemblée nationale avant son passage au Sénat, prévient François Baroin. C'est un fourre-tout qui ne relancera pas la croissance", avant d'ajouter que "la ligne majoritaire de l’UMP sera de ne pas accepter ce texte".

En effet, selon le sénateur UMP, ce texte de loi "n'est pas porté par Emmanuel Macron mais par Arnaud Montebourg". Selon lui, cette loi a germé au moment où "la France négociait un délai sur son déficit avec Bruxelles dans le cadre du traité européen. L'union européenne a répondu: 'Il faut des réformes'". 

Par conséquent, assure François Baroin, "ce texte n'est pas un projet politique, pas un texte lisible, c'est une loi par défaut exigée par Bruxelles".

# La demande: "Il faut pouvoir obtenir la suppression de propos antisémites sur Internet"

"Il faut pouvoir obtenir la suppression de propos antisémites sur Internet", demande François Baroin sur BFMTV. Selon lui, il fait aussi "pouvoir sanctionner les géants de l'Internet" qui ne participerait pas à la lutte contre l'antisémitisme. Plus largement, "le discours terroriste passe beaucoup par Internet", explique le président de l'association des maires de France.

"Nous devons lutter contre l'usage dévoyé que font d'Internet toutes les organisations terroristes", avait affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, peu après la vague d'attentats qui a frappé la France début janvier. Mardi, une campagne d'information intitulée "Stop Djihadisme" a été lancée, notamment pour contrer l'embrigadement sur le web.

S.A.