BFMTV

UMP: le sort de Jérôme Lavrilleux fixé mardi soir

Jérôme Lavrilleux pourrait être exclu de l'UMP dès mardi soir.

Jérôme Lavrilleux pourrait être exclu de l'UMP dès mardi soir. - -

L'UMP se réunit en bureau politique mardi soir. L'occasion de se pencher sur le cas de Jérôme Lavrilleux, qui pourrait être suspendu du parti.

Le sort de Jérôme Lavrilleux se trouve entre les mains de l'UMP. Le parti se réunit mardi pour un bureau politique, au cours duquel il va statuer sur l'avenir de l'ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé, embourbé dans l'affaire Bygmalion. Il figure à l'ordre du jour du bureau politique.

De son côté, Jérôme Lavrilleux, qui avait reconnu "un dérapage" sur BFMTV, est prêt à se défendre. "S'ils décident d'enclencher une procédure d'exclusion, ils devront suivre la procédure et m'envoyer une lettre recommandée, avec le motif invoqué", a-t-il affirmé. "Je pourrai alors être entendu par la commission des recours, avec un avocat. Et s'il le faut, après m'être défendu en interne, je me défendrai en externe, j'irai devant la justice", a-t-il ajouté.

"Je me battrai jusqu'au bout"

D'ailleurs, Jérôme Lavrilleux affirme qu'il ne démissionnera pas. "Pourquoi moi?", demande-t-il, "alors que pour l'instant, il n'y a pas d'information judiciaire à mon encontre et que je ne suis pas mis en examen". "Je me battrai jusqu'au bout", insiste-t-il.

Mardi, Christian Jacob a reconnu que Jérôme Lavrilleux avait été salarié au groupe UMP à l'Assemblée pour 3.500 euros par mois jusqu'en octobre 2012.

Son travail était de "coordonner les députés, en lien avec le secrétaire général du parti. Il était plutôt dans l'intérêt général que le parti et le groupe fonctionnent ensemble", a soutenu Christian Jacob. "Je lui ai demandé de démissionner au moment où on entrait dans la campagne officielle pour la présidence du mouvement", dans laquelle s'affrontaient Jean-François Copé et François Fillon, a-t-il ajouté.

Désormais, l'UMP veut faire vite concernant l'ancien bras droit de Jean-François Copé: la constitution du groupe du Parti populaire européen (PPE) doit intervenir le 2 juillet. Le "cas Lavrilleux", qui a été élu député européen, doit être tranché avant cette date. Le parti européen attend la décision du bureau politique avant de se prononcer.

A. K.