BFMTV

Terrorisme: "Nous sommes au degré zéro de la déradicalisation", dénonce Rachida Dati

Rachida Dati.

Rachida Dati. - Capture BFMTV

"C'est un fléau dont il faut qu'on s'occupe." Rachida Dati, auteure d'un rapport sur la radicalisation, assure que les pouvoirs publics doivent "sérieusement" agir pour lutter contre ce phénomène. "Il faut qu’on change nos méthodes de sécurité, insiste la député européenne. On est trop en réaction. Tout cela est nouveau, il faut qu’on s’adapte." Invitée de BFM Politique, Rachida Dati, qui a observé la situation dans les autres pays européens, fait un bilan, sans concession:

"Nous sommes au degré zéro de la déradicalisation en France. On est très en retard."

Et s'en prend alors au gouvernement actuel accusé de "leurrer" les Français. "Ce qui me choque c’est quand j’entends les annonces de Manuel Valls, dénonce l'ancienne ministre de la Justice. 'Nous allons créer des centres de déradicalisation', 'nous avons crée des centres de déradicalisation', ça n'existe pas !" Et d'ajouter que les caractéristiques de cette nouvelle structure, qui doit voir le jour prochainement près de Chinon, en Indre-et-Loire, ne sont, selon l'euro-députée, pas suffisamment claires.

"Il faut inventer des nouvelles prisons pour un nouveau mode de délinquance", tranche-t-elle.

Car pour Rachida Dati, le monde doit faire face à "une internationalisation du terrorisme". "Les modes d’attaques sont toujours les mêmes, les cibles sont toujours les mêmes", détaille l'ancienne Garde des Sceaux qui assure que ces attaques jihadistes visent "tous ceux qui sont contre cette barbarie"? "Ca concerne tout le monde", conclut-elle.
J.C.