BFMTV

Tags sur la basilique du Sacré-Coeur: Delanoë, NKM et Copé s'indignent

Le devant de la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre à Paris

Le devant de la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre à Paris - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Des messages, tel que "Ni Dieu, ni Etat", ont été peints sur la porte d'entrée de la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre à Paris.

Des inscriptions en rouge vif ont recouvert les portes de la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre à Paris.

"Au même titre que je me suis toujours indigné des actes islamophobes ou antisémites, j’ai été profondément choqué d’apprendre l’odieuse profanation", a réagi mercredi Jean-François Copé, le président de l'UMP, dans un communiqué.

Sur Twitter, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP dans la capitale a demandé "une réaction forte" quand le chef de file de "Paris libéré" et dissident de droite, Charles Beigbeder a dénoncé "la haine anti-chrétienne". Le maire de Paris Bertrand Delanoë a condamné ses actes tout comme le candidat PS dans l'arrondissement, Eric Lejoindre et son homologue de l'UMP Pierre-Yves Bournazel.

Je dénonce les graves dégradations commises au #sacrécoeur et demande la plus grande fermeté vis-à-vis des coupables pic.twitter.com/JbasU3YO0e
— PierreYves Bournazel (@pybournazel) 19 Mars 2014

Parmi les messages retrouvés: "Ni Dieu ni Etat", "Feu aux chapelles", "A bas toute autorité" ou encore "1871 vive la Commune". La Commune de Paris avait débuté le 18 mars de cette année-là.

"Une équipe de nettoyage est en cours d'intervention", a précisé la mairie du 18e à Metronews. Selon certaines sources, "les tags ont davantage été réalisés par une personne légèrement avinée que par une section politique".

Samuel Auffray