BFMTV

Quand la droite veut conditionner les aides sociales à un "engagement républicain"

Le député Les Républicains de l'Oise, Edouard Courtial, s'apprête à déposer une proposition de loi obligeant les bénéficiaires de prestations sociales à signer un "engagement républicain".

Une proposition qui vire très à droite. Le député Les Républicains de l'Oise, Edouard Courtial, proche de Nicolas Sarkozy, doit déposer cette semaine une proposition de loi introduisant la notion d'"engagement républicain" pour les bénéficiaires d'aides sociales, rapporte Le Parisien ce lundi matin.

"Contrat social"

Le principe repose sur la signature d'une charte par les destinataires de prestations sociales telles que les allocations familiales ou les aides pour le logement. Le texte les engage à respecter les "principes fondamentaux" de la République française, ce qui n'est pas sans rappeler la charte des droits et des devoirs signée par les étrangers souhaitant obtenir la nationalité française.

"C'est un nouveau contrat social", commente Edouard Courtial, également président du département de l'Oise, où, assure-il, "le dispositif est prêt". "La règle est simple: si une personne ne signe pas cette charte, on supprime ses droits", explique le député, qui assure par ailleurs le rôle de conseiller de Nicolas Sarkozy. 
"Les Français qui sont assommés d'impôts en ont marre de ne pas savoir où passe leur argent. En face des prestations, sociales, je pense qu'il faut donc réaffirmer les devoirs qui incombent aux bénéficiaires: plus de prestation sans réaffirmation du lien à la nation", développe-t-il auprès du Parisien, assurant ne pas vouloir stigmatiser telle ou telle communauté, ni être dans une logique de droitisation. 

Quant à savoir s'il s'agit d'une manière de courtiser les électeurs Front national, Edouard Courtial est catégorique. "Laisser au FN ce type d'initiative, c'est lui donner les clés des institutions", estime-t-il. 

Une proposition "stigmatisante"

A gauche, mais également à droite, la perspective du dépôt de cette proposition de loi fait grincer des dents. "C'est tout de même stigmatisant", s'inquiète ainsi le frondeur socialiste Jérôme Guedj. Une idée partagée par le Républicain Sébastien Lecornu, président du département de l'Eure et proche de Bruno Le Maire, "La droite ne doit pas se caricaturer avec des idées gadgets", regrette-t-il. 

A.S.