BFMTV

Les Républicains: des ténors UMP veulent le vote promis par Sarkozy

Nicolas Sarkozy en meeting à Nancy le 3 novembre 2014

Nicolas Sarkozy en meeting à Nancy le 3 novembre 2014 - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN - AFP

Il semble acquis que l'UMP changera bientôt de nom pour "les Républicains" mais des proches de François Fillon et d'Alain Juppé réclament un vote des militants sur le nouveau nom du parti, comme promis en novembre dernier par son président, Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé et François Fillon, principaux rivaux de Nicolas Sarkozy en vue de la primaire à la présidentielle, l'assurent: ils ne s'opposeront pas au nouveau de l'UMP proposé par l'actuel président du mouvement. En l'occurrence, "Les Républicains" tient la corde. Pourtant, parmi leurs soutiens, les critiques fusent: un peu sur le fond, ce qui est induit par le terme, et beaucoup sur la forme puisque les militants n'auront pas leur mot à dire, malgré la promesse de Nicolas Sarkozy.

En effet, le 3 novembre dernier, alors en meeting à Nancy, le candidat Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP assurait vouloir consulter les adhérents, conformément aux statuts du parti. Six mois plus tard, la décision sera simplement discutée en bureau politique, a affirmé Nadine Morano lundi matin sur BFMTV, qui a déjà vu le futur logo.

Larcher et Pécresse appellent au vote

Mais dimanche, le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, proche de François Fillon, s'est dit "favorable" à un vote des militants. "A partir du moment où on veut entrer dans une plus grande démocratisation - et je soutiens la démarche de Nicolas Sarkozy dans cette dimension-là - eh bien je crois que le vote est utile", a-t-il expliqué. De même sur BFMTV, Valérie Pécresse, investie chef de file en Ile-de-France pour les régionales, s'est prononcée en faveur des Républicains, tout en demandant un vote sur le nom.

"Les Républicains? Je n'y vois pas d'inconvénient même si je comprends qu'il y ait une sorte de confusion avec les Républicains américains", avait de son côté déclaré François Fillon sur BFMTV

"Les Républicains? Yes, we bof"

Sur le fond, le député-maire du Havre et très proche d'Alain Juppé, Edouard Philippe, déclarait la semaine dernière à Libération: "Les Républicains? C’est un choix très curieux, et très contestable.(...) A l’UMP, nous sommes des républicains, sans aucun doute. Mais je ne considère pas que nous soyons 'les Républicains'. Il me semble qu’un grand nombre d’élus et d’électeurs d’autres partis le sont tout autant". 

"Les Républicains? Yes, we bof", ironise, dans une allusion au slogan de Barack Obama, président démocrate, le député UMP Philippe Gosselin auprès du Journal du Dimanche. "Je n'en fais pas une querelle en ce qui me concerne", avait quant à lui assuré Alain Juppé sur Europe 1. Tout en prenant le soin comme François Fillon de marquer sa différence.