BFMTV

Le vote Fillon a été un vote d'adhésion, celui pour Juppé un barrage contre Sarkozy

D'après un sondage réalisé le soir du premier tour de la primaire, le vote Fillon a été en majorité un vote d'adhésion, et le vote Juppé un moyen de faire barrage à Sarkozy.

D'après un sondage réalisé le soir du premier tour de la primaire, le vote Fillon a été en majorité un vote d'adhésion, et le vote Juppé un moyen de faire barrage à Sarkozy. - Eric FEFERBERG / POOL / AFP

Parmi les électeurs d'Alain Juppé, 70% ont fait ce choix pour faire barrage à Nicolas Sarkozy, contre seulement 40% chez les électeurs de François Fillon.

Dans la course à la primaire, le duel tant annoncé entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé n'aura pas lieu. Mais lors du premier tour, la candidature de l'ancien président de la République a considérablement pesé dans le processus de vote. D'après un sondage Harris Interactive réalisé en ligne auprès de 7.901 personnes dimanche soir, 42% des électeurs de la primaire ont voté afin d'éviter une victoire de l'ancien chef de l'Etat.

Dans le détail, on note une différence significative entre le rôle de Nicolas Sarkozy dans le vote Fillon et dans le vote Juppé. Le premier candidat semble devoir sa large victoire (plus de 44% des voix) à un véritable vote d'adhésion, alors que le second (28,6%) a bénéficié d'un vote barrage contre Nicolas Sarkozy.

57% ont choisi Fillon pour lui-même

Parmi les électeurs de François Fillon, une grande majorité (57%) déclare que son vote n'a aucun rapport avec l'ancien chef de l'Etat. A l'inverse, ils sont 40% à expliquer que leur choix de bulletin a été guidé par l'envie d'empêcher une victoire de Nicolas Sarkozy.

Chez les électeurs d'Alain Juppé, les proportions s'inversent: seuls 30% déclarent que leur vote n'a pas de rapport avec Nicolas Sarkozy, soit presque l'exacte moitié par rapport à François Fillon. 70% de ces votants, une très large majorité, expliquent au contraire qu'ils ont choisi le maire de Bordeaux "pour que Nicolas Sarkozy ne gagne pas". 

Personnalité, honnêteté et programme ont pesé dans le vote

Parmi les motivations précises qui ont poussé les électeurs à choisi au premier tour entre Alain Juppé et François Fillon, on note aussi des différences. Ceux qui ont plébiscité le maire de Bordeaux l'ont fait à 70% pour que leur candidat se retrouve au second tour. 54% pour la personnalité du candidat, 50% pour son honnêteté, 46% pour son projet et enfin 60% pour empêcher un autre candidat de se qualifier au second tour.

Côté François Fillon, ses électeurs l'ont choisi à 70% également pour s'assurer de sa présence au second tour, mais à 69% pour sa personnalité, 79% pour son honnêteté et 71% pour son projet. Enfin, 48% de ses électeurs ont souhaité empêcher la présence au deuxième tour d'un autre candidat. D'après cette étude, il semble donc que François Fillon bénéficie d'une bien plus grande adhésion à sa personnalité et à son programme.

Des hommes de 65 ans et plus

Le sondage livre par ailleurs quelques informations sur le type d'électeurs qui se sont prononcés pour chaque candidat. Dans les cas des candidats finalistes comme dans celui de Nicolas Sarkozy, l'électorat était composé en majorité d'hommes de 65 ans et plus.

L'électorat de François Fillon est composé d'hommes à 63%, contre 37% de femmes seulement. La majorité (47%) de ses votants a 65 ans et plus, et la plupart d'entre eux (56%) sont inactifs. 

Charlie Vandekerkhove