BFMTV

Le retour de Copé passe par Le Divan de Fogiel

Jean-François Copé

Jean-François Copé - Lionel Bonaventure - AFP

Presse écrite, émission TV et un livre à paraître mercredi, Jean-François Copé est partout cette semaine. Et avant de dévoiler ses ambitions politiques, l'homme qui mange chaque année un gâteau d'anniversaire représentant l'Elysée, parle de lui.

Un livre en librairie mercredi et une émission grand public de confessions intimes mardi et voilà que Jean-François Copé, poussé à la démission de feu l'UMP par les forces conjuguées de l'affaire Bygmalion et du retour de Nicolas Sarkozy, organise sa réapparition. Il envisage même de se porter candidat à la primaire de la droite en novembre 2017 malgré la guerre qui l'oppose au président du parti Les Républicains

Pour l'heure, Jean-François Copé a choisi Le Divan de Marc-Olivier Fogiel (diffusé mardi sur France 3) pour se raconter. Et revenir sur sa chute brutale.

"J'ai perdu... J'ai pris cher en fait. J'ai eu l'impression de tout perdre: mes responsabilités, mon honneur, peut-être même mon avenir", dit-il selon des propos rapportés par Challenges qui a visionné l'entretien.

Le député-maire de Meaux a pensé sérieusement à arrêter la politique alors que depuis tout petit, il ne rêve que de l'Elysée. "C'est une épreuve très violente que je ne souhaite à personne", ajoute-t-il.

Addiction médiatique

Pour son retour au premier plan, Jean-François Copé a donné un entretien à Valeurs Actuelles la semaine passée et sera l'invité de BFMTV jeudi à 19h. Pourtant, il regrette aussi d'avoir développé une "addiction médiatique".

"Il faut avoir un avis sur tout. (...) Moi j'étais très fort pour ça. J'étais capable d'avoir un avis sur tout, tout le temps. (...) Je répétais les mêmes formules, les mêmes phrases, les mêmes tics. Je me souviens il y avait même un hashtag 'profondément choqué' parce que j'étais tout le temps choqué", s'amuse-t-il, toujours selon Challenges.

Secret sur ses ambitions politiques, Jean-François Copé évoque par contre "sa fille qui tombe par terre et se blesse peu après sa démission de l'UMP, sa mère à l'hôpital au moment où éclate l'affaire Bygmalion ou la rafle à laquelle son père parvint à échapper lorsqu'il était enfant", raconte l'hebdomadaire.

"Créer un petit événement"

Peut-être est-ce à cause de sa brutale dégringolade que la parole de Jean-François Copé est aujourd'hui attendue. "C'est vrai que j'avais envie de créer un petit événement pour le retour du Divan. J'avais contacté Jean-François Copé bien avant sa cure de silence médiatique. C'est une personnalité riche, clivante et avec une ambition importante. Il a tous les ingrédients du bon client", se félicite Marc-Olivier Fogiel dans les colonnes du Figaro.

Quitte à servir le marketing organisé pour la sortie mercredi du livre de Jean-François Copé, Le Sursaut Français. Un ouvrage qui devra se faire une place sur les rayons à côté de celui d'Alain Juppé et avant l'arrivée du livre d'un certain Nicolas Sarkozy, fin janvier.