BFMTV

Jacob: "Guedj sait qu'il va perdre en Essonne, tous les arguments sont bons"

Christian Jacob sur le plateau de BFMTV, le 16 mars 2015.

Christian Jacob sur le plateau de BFMTV, le 16 mars 2015. - BFMTV

Invité de Ruth Elkrief lundi soir, Christian Jacob, député UMP de Seine-et-Marne, a voulu clore la polémique après les attaques du député PS Jérôme Guedj contre l'UMP Georges Tron, alors que les deux hommes seront rivaux dans l'Essonne lors des élections départementales, fin mars.

"Moi, si j’avais été renvoyé aux assises pour pédophilie, je ne serais pas devant vous", a ainsi lancé Jérôme Guedj sur Europe1, lundi, s'emmêlant dans les charges pesant contre Georges Tron puisque celui-ci a comparu pour viol aggravé (son renvoi aux assises sera examiné le 1er avril prochain).

"La présomption d'innocence, ça existe"

Une accusation qui ne passe pas dans le camp UMP. Alors que le président du parti, Nicolas Sarkozy, apportera publiquement son soutien à Georges Tron lors d'un meeting en Essone ce lundi soir, Christian Jacob a tenu à rappeler que le candidat UMP n'avait pas été condamné dans cette affaire.

"La présomption d'innocence ça existe, il y a eu une ordonnance de non-lieu en première instance. La justice s'est prononcée", a-t-il insisté. Et d'ajouter: "Guedj sait qu'il va perdre le département de l'Essonne, tous les arguments sont bons."

Enfin, interrogé sur la consigne de Nicolas Sarkozy interdisant aux candidats UMP toute alliance avec le Front national, Christian Jacob a assuré qu'elle serait respectée. "Il n'y en aura pas (d'alliance), à aucun niveau, a-t-il affirmé. Un élu qui passera un accord avec le Front national ne sera plus un élu UMP", a-t-il poursuivi, dénonçant le fait selon lui que les électeurs votant pour le FN favorisent "la montée de la gauche".

S. C.