BFMTV

Hervé Mariton: "le mariage homosexuel n'est pas mon modèle de société"

Le député UMP Hervé Mariton sur le plateau de BFMTV le 22 mai 2013

Le député UMP Hervé Mariton sur le plateau de BFMTV le 22 mai 2013 - -

Le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, était l'invité de BFMTV mercredi matin. Mort de l'essayiste proche de l'extrême droite Dominique Venner, mariage homosexuel et primaire UMP à Paris, le point sur ses principales déclarations.

"Un homme est mort, cela impose le respect. Mais l'engagement public, c'est la vie. Quand quelque chose me choque, comme c'est le cas de la loi Taubira, il est de l'ordre de la démocratie de dire qu'il est possible de modifier les choses. C'est ça qui donne de l'espoir", a réagi mercredi matin sur BFMTV le député UMP Hervé Mariton, après la mort de Dominique Venner, l'essayiste proche de l'extrême droite qui s'est suicidé mardi soir à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Signifier son désaccord aux couples homosexuels

Car Hervé Mariton, fervent opposant au mariage homosexuel, a de nouveau affirmé qu'il irait manifester dimanche pour protester contre la loi Taubira. Egalement maire de Crest, l'édile a confirmé qu'il célébrerait bien les unions homosexuelles mais proposerait d'abord aux couples une préparation pour signifier son désaccord.

"Nous proposons une préparation au mariage. Je dirai (aux couples homosexuels) que ce n'est pas ma vision, pas mon modèle de société, que leur projet de vie aurait pu passer par un autre chemin, mais je ne m'y opposerait pas", a expliqué celui qui est aussi le délégué général chargé du "projet UMP pour la France", réfutant "vouloir leur gâcher la fête".

"Même sous la torture, je ne parlerai pas" de NKM

Puis, interrogé sur la primaire UMP à Paris, où la candidate Nathalie Kosciusko-Morizet fait figure de favorite, Hervé Mariton a refusé de prendre parti dans ce scrutin interne. "Même sous la torture, je ne parlerai pas", a-t-il assuré, expliquant qu'il n'était pas "élu parisien".

Est-il d'accord avec Guillaume Peltier, qui s'est publiquement désolidarisé de Nathalie Kosciusko-Morizet? "Guillaume Peltier ne me paraît pas plus que moi un élu d'Île-de-France et de Paris. Il a le droit de dire ce qu'il dit, moi je ne le dit pas. Chacun son caractère, chacun son tempérament", a estimé Hervé Mariton. "Je ne vois pas quelle serait ma valeur ajoutée à venir me mêler d'un débat entre des hommes et des femmes sur un territoire dont je ne suis ni électeur, ni élu", a-t-il poursuivi.

Enfin, concernant les primaires UMP pour la présidentielle, qui devraient se tenir en 2016, Hervé Mariton a estimé que tout prétendant à l'investiture UMp devrait s'y soumettre, y compris Nicolas Sarkozy. "Une primaire n'a de sens que si elle s'impose à tout le monde, donc il n'y a aucune clause d'exception."

Sandrine Cochard