BFMTV

Election contestée de Devedjian pour présider Paris Métropole en 2015

Patrick Devedjian, ici le 16 décembre 2012 à Antony, a remporté vendredi la primaire UMP à la candidature à la tête de Paris Métropole fin 2014.

Patrick Devedjian, ici le 16 décembre 2012 à Antony, a remporté vendredi la primaire UMP à la candidature à la tête de Paris Métropole fin 2014. - -

Le président du département des Hauts-de-Seine a remporté la primaire UMP pour la candidature à la tête de Paris Métropole fin 2014. Ses adversaires malheureux dénoncent une élection illégitime.

Le président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, a remporté vendredi "la primaire interne pour la désignation du prochain président UMP" du syndicat mixte Paris Métropole, qui siègera à partir du 1er janvier 2015, mais son élection est contestée par une partie des élus du syndicat, selon des communiqués des deux parties.

Sur 88 collectivités UMP présentes au sein de Paris Métropole, 50 étaient présentes ou représentées à Nanterre où avait lieu le vote. Patrick Devedjian l'a emporté avec 36 voix, contre 3 pour son adversaire Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison et vice-président de Paris Métropole (43 bulletins exprimés, 3 blancs, un nul).

25 personnes physiquement présentes au vote

Mais, selon Patrick Ollier et Jacques JP Martin, également vice-président de Paris Métropole, cette élection n'est pas légitime. "A notre initiative, un grand nombre d'élus ont refusé de participer à un vote inopportun et inapproprié. Seules 25 personnes, physiquement présentes et dotées de procuration, ont ainsi pris part au vote: il est clair que l'élu d'un tel scrutin, dont le déroulement n'est pas conforme aux annonces de Patrick Devedjian, ne peut avoir la légitimité nécessaire pour se présenter au titre de sa famille politique comme candidat à la tête de Paris Métropole fin 2014", écrivent-ils.

Patrick Devedjian n'avait pas annoncé jusqu'alors sa candidature, selon les deux élus.

Grand Paris

Patrick Ollier et Jacques JP Martin affirment par ailleurs qu'une "large majorité, dont le président du conseil général des Hauts-de-Seine, s'est montrée favorable à l'entrée dans la mission de préfiguration" qui doit dessiner les contours de la future Métropole du Grand Paris.

Les élus de droite, emmenés par Patrick Devedjian, avaient pourtant décidé mardi de reporter leur décision sur l'entrée dans la mission de préfiguration, en raison d'engagements du gouvernement jugés insuffisants sur le statut des "territoires" qui constitueront l'échelon intermédiaire entre la métropole et les communes.

Patrick Devedjian a fait savoir de longue date son hostilité à la Métropole du Grand Paris. Pour lui, "le syndicat Paris Métropole (...) doit faire valoir les intérêts des collectivités et s'appuyer sur la réalité des territoires", souligne-t-il dans son communiqué.

C.P. avec AFP