BFMTV

Copé veut "proposer aux Français un big-bang économique et social"

Jean-François Copé lors d’un meeting à Rennes le 20 février 2013.

Jean-François Copé lors d’un meeting à Rennes le 20 février 2013. - -

Dans un entretien à paraitre dimanche dans le journal "Le Parisien", le président de l’UMP met sur le compte de François Hollande l’aggravation du chômage et préconise un changement immédiat.

Un bing-bang économique et social" pour s'en sortir, c’est la proposition faite aux Français par Jean-François Copé dans une interview donnée au Parisien qui sera publiée dimanche. Le président de l’UMP estime que "l'aggravation du chômage est la conséquence directe" de la politique de François Hollande.

"Il avait pris quatre engagements qui se soldent aujourd'hui par quatre échecs", fait valoir le député-maire de Meaux à propos du président de la République.

"Assez de ce fatalisme !"

"Il avait dit que la croissance reviendrait, elle est à zéro. Il avait promis de réduire le déficit pour atteindre les 3% du PIB ; il vient d'admettre que cela ne sera pas possible. Il s'était engagé à ne plus augmenter les impôts, or il va continuer son matraquage fiscal.

Enfin, il avait assuré qu'il inverserait la courbe du chômage alors que le nombre de chômeurs n'a jamais été aussi élevé et que, selon la Commission européenne, il va malheureusement continuer à augmenter en 2013 comme en 2014", détaille le patron de l'UMP.

"Assez de ce fatalisme ! La France a d'immenses ressources. Bougeons-nous à fond pour l'emploi ! Le mot d'ordre qui doit mobiliser les Français : c'est produire plus et mieux pour créer des emplois en France, explique le député de Seine-et-Marne pour qui cela signifie notamment "réduire toutes les charges et toutes les réglementations qui freinent le travail, mettre le paquet sur les PME et revoir le système éducatif en mettant en avant l'apprentissage et en parlant plus métiers que diplômes".

A LIRE AUSSI:

>> Les trois quarts des Français redoutent la précarité
>> Le chômage va se rapprocher de son record historique en France

E. M. avec AFP