BFMTV

Bruno Retailleau (LR): "Les écologistes n'ont jamais rien fait pousser, sauf du cannabis"

Bruno Retailleau, candidat LR aux régionales en Pays de la Loire, lors du Conseil national des Républicains, samedi 7 novembre.

Bruno Retailleau, candidat LR aux régionales en Pays de la Loire, lors du Conseil national des Républicains, samedi 7 novembre. - Les Républicains

Violences à Notre-Dames-des-Landes, culture du cannabis, addictions... Pour le sénateur de Vendée, les écologistes "alliés" d'un gouvernement "laxiste" sont à l'origine de tous les maux.

Très remonté contre le gouvernement, samedi, au Conseil national des Républicains, Bruno Retailleau, candidat des Pays de Loire aux régionales de décembre, s'en est aussi pris aux écologistes. De manière plutôt violente.

Celui qui est également sénateur de Vendée a, en préambule, évoqué la reprise des travaux sur le site de Notre-Dame-des-Landes requalifié en "territoire perdu de la République" et "symbole de l'affaissement de l'autorité de l'Etat". L'élu ose le parallèle avec la guerre en Syrie et en Irak.

"Et pourtant, nous ne sommes pas à Damas ou encore à Mossoul", lance-t-il à propos des violences qui ont émaillé la genèse du projet d'aéroport, notamment dans le centre-ville de Nantes.

"Il n'y a pas une entreprise privée qui fera ces travaux si, au préalable, la loi n'est pas respectée, si, au préalable, ces ultraviolents (il parle des zadistes, ndlr) ne dégagent pas. Il faut, bien sûr, évacuer Notre-Dame-des-Landes", scande-t-il.

Les écolos en proie aux addictions?

Et d'enchaîner, par un lien logique dont il garde la paternité, sur le problème des addictions, problème pour lequel sa région revendique, selon ses propres constatations, de tristes records.

"Nous ne voulons pas nous taire non plus, sur un fléau, parce que ma région Pays de la Loire est, de toutes les autres régions malheureusement, la plus touchée par les addictions: la drogue, l'alcoolisme... Parlez-en, parlez-en (...), La gauche s'en offusque, la gauche nie. Évidemment, ils sont alliés avec les écolos qui n'ont jamais rien fait pousser de leur vie sauf du cannabis sur leurs balcons."

Le trait d'ironie est alors abondamment applaudi par l'assistance. Bruno Retailleau, continuant sur sa lancée, s'en prend ensuite au "laxisme qui n'est jamais une solution", mais "une erreur politique" de la part du gouvernement.

D. N.