BFMTV

Bruno Le Maire propose d'allonger les renouvellements possibles de CDD

Bruno Le Maire, candidat à la primaire à droite.

Bruno Le Maire, candidat à la primaire à droite. - AFP

Les candidats à la primaire de la droite défilent devant le Medef à l'occasion de l'université d'été de l'organisation patronale. A cette occasion, Bruno Le Maire a décliné une partie de son programme économique à destination des entreprises. Parmi les idées développées ce mercredi 31 août: la possibilité pour les chefs d'entreprise de renouveler davantage les CDD.

S'il a dit aux chefs d'entreprise que les CDD pourraient être renouvelés "autant que vous voulez", le candidat a dû préciser sur Facebook dans l'après-midi qu'il ne s'agit pas de CDD "à vie". La philosophie de son projet "vise à faciliter le recrutement des salariés". De manière concrète, cela passerait par un renouvellement possible des CDD sur trois ans, avec une prime de précarité qui augmente pour le salarié. Afin de glisser progressivement vers un CDI, assure-t-il. 

Il avait déjà lancé cette idée au mois de mai, lors d'un discours face à la fondation Concorde, un think thank tourné vers les TPE/PME et la petite industrie. Il avait alors précisé son idée et parlé de "CDD à droits renouvelables". Aujourd'hui, le CDD "est devenu tellement complexe qu'au bout de deux renouvellements, on trouve des moyens pour contourner la loi", avait déploré le candidat à la primaire de Les Républicains.

En contrepartie, pour les salariés, il assure "des droits croissants". "Une prime de précarité croissante pour le salarié. Aujourd'hui c'est autour de 10% pour le salarié, il faut qu'elle soit croissante", détaille-t-il. "Pour qu'au bout du compte le chef d'entreprise ait intérêt à accorder un CDI au salarié." Objectif? "Fluidifier le basculement CDD/CDI dans un marché du travail où 85% des embauches se font en CDD", explique son entourage à BFMTV.com. 

Ce contrat est semblable à ce qu'a mis en place en Italie Matteo Renzi en 2015. Dans sa version de la "loi Travail", le chef du gouvernement italien avait mis en place un CDI "à protection croissante". Avec une période d'essai de trois ans, qui peut être cassé par l'employeur comme par le salarié pendant trois ans sans justification. Il a aussi ouvert des facilités pour le renouvellement des CDD, qui peuvent être reconduits pendant 36 mois. Une réforme dont Matteo Renzi se félicite et en fait un instrument de communication, revendiquant plus de 500.000 créations d'emplois.

IV