BFMTV

Bruno Le Maire annonce sa candidature à la primaire à droite

Le député, ancien ministre de l'Agriculture qui avait défié Sarkozy pour la présidence de l'UMP fin 2014, a officialisé à Vesoul ses ambitions présidentielles. Elles passeront d'abord par une lutte au sein de sa famille politique où il veut incarner le "renouveau".

Chaque matin il se lève avec l'ambition de "diriger le pays" quand d'autres en rêve en se rasant. Bruno Le Maire a (enfin) officialisé mardi à Vesoul sa candidature à la primaire de la droite (20 et 27 novembre) en vue de la présidentielle 2017. Face aux ténors Alain Juppé et François Fillon, vraisemblablement contre Nicolas Sarkozy également, BLM veut voir sa famille politique adhérer au "renouveau", son mantra. 

"Oui, je suis candidat pour devenir le prochain président de la République", a-t-il déclaré devant son public de Vesoul, symbole de "cette France qui travaille et qui ne se plaint jamais".

Vêtu d'un jean noir et d'une chemise blanche, Bruno Le Maire a lancé un "j'aime la France" pour justifier sa candidature. Le prétendant à la primaire à droite se présente comme l'incarnation du renouveau en politique. "Est-ce que je suis trop jeune?", interroge-t-il. "Non". "Est-ce que je suis prêt?", poursuit-il. "Oui!" "Les sauveurs, les hommes providentiels (...) Une nouvelle génération arrive, scande Bruno Le Maire. Faites lui confiance."

31 parlementaires en soutien

A 46 ans, l'ancien ministre de l'Agriculture a fait le choix de se dévoiler en Haute-Saône, un territoire "rural", d'une France "discrète", qui ne "fait pas parler d'elle", a-t-il justifié. Un département de l'est où le FN a frôlé les 40% au second tour des régionales de décembre 2015 aussi. A l'opposé, l'ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin (2006-2007) à Matignon, normalien et scolarisé chez les jésuites, Bruno Le Maire a investi récemment son QG parisien, aux allures de loft, situé près de Saint-Germain-des-Près.

En vue de la primaire, Bruno Le Maire peut compter sur 31 parlementaires de sa famille politique qui le soutiennent ouvertement. La liste a été publiée par le Journal du dimanche. Tous sont persuadés que lui seul est en mesure de bousculer la hiérarchie au sein de leur famille politique. "Bruno Le Maire est la synthèse de la droite, soutient sur BFMTV Franck Riester, député LR de Seine-et-Marne. Il sait où il veut emmener le pays sur 10 ou 15 ans. Je suis convaincu que Bruno Le Maire va remporter la primaire et la présidentielle."

Le premier des quadras chiraquiens prometteurs

Celui qui a fait partie des "Mousquetaires" de la droite, ces quadras chiraquiens prometteurs (Baroin, Copé, Jacob, Pécresse, Chatel) aujourd'hui dispersés façon puzzle, a sillonné la France depuis des mois et compte bien continué de capitaliser ses presque 30% récoltés à l'élection pour la présidence de l'UMP en novembre 2014, lorsqu'il avait défié Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé, François Fillon, Nadine Morano, Jean-François Copé, Hervé Mariton, Frédéric Lefebvre et Jean-Frédéric Poisson avaient déjà annoncé leur candidature. Avec Bruno Le Maire ils sont désormais huit sur la ligne de départ quand Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet sont fortement pressentis pour concourir.

S.A.