BFMTV

Alain Juppé, "l'anti-Donald Trump" pour le New York Times

Alain Juppé, le 22 septembre 2016.

Alain Juppé, le 22 septembre 2016. - Guillaume Souvant - AFP

Le New York Times, l'un des plus prestigieux quotidiens américains, consacre un long article au favori de la primaire de la droite et du centre. Considérant son style, le journal dépeint Alain Juppé comme l'antithèse de Donald Trump.

"Un politicien de carrière fluet et vieillissant". On pourrait penser que le portrait que le New York Times consacre à Alain Juppé commence mal. Pourtant, le regard que porte l'un des quotidiens les plus célèbres du monde sur le candidat girondin à l’investiture de la droite et du centre pour l’élection présidentielle de 2017 est plutôt bienveillant. Le journal américain, connu pour son opposition à Donald Trump durant la campagne pour la Maison Blanche, considère justement le maire de Bordeaux comme "l’antithèse" du Républicain victorieux.

Le camp Juppé prend Trump à partie

Cette semaine, lors du grand meeting d’Alain Juppé au Zénith à Paris, Valérie Pécresse, un de ses fervents soutiens, avait évoqué la conjoncture internationale et fait allusion au triomphe de Donald Trump: "Le populisme, c’est ne pas dire la vérité. Toi, Alain, tu es l’antidote contre le populisme."

Son champion avait embrayé: "Je ne sais pas ce que sera la politique étrangère de Donald Trump. Il a dit des choses contradictoires. Ce que je sais, c'est qu'il y aura une politique commerciale agressive. Donc, nous devrons être agressifs nous aussi."

Une popularité difficilement compréhensible depuis l'étranger

Le titre new-yorkais s’interroge sur la domination d’Alain Juppé dans les sondages, en commentant son passé politique: "Son ascendant est d’autant plus improbable car, dans des fonctions précédentes, il a été considéré comme l’un des Premiers ministres les plus impopulaires de toute l’histoire de France" est-il écrit en référence à sa réforme, avortée, des retraites et de la Sécurité sociale qui avait poussé des millions de Français à descendre dans la rue au tournant des années 1995-1996. Selon le New York Times, Alain Juppé n’a pas une plus grande fibre sociale aujourd’hui qu’il y a vingt ans:

"Cette fois-ci, il a promis davantage de réformes favorables au marché, et a juré qu’il ne reculerait pas face aux manifestations qui ne manqueront pas de se produire. Sur ce plan, le technocratique M. Juppé pourrait bien représenter le plus gros défi pour les protections sociales et les lois sur le travail en France."

L'anti-Trump et contre-modèle de Nicolas Sarkozy

Cependant, le sens de la mesure d’Alain Juppé est mis à son crédit. On remarque ainsi qu’il ne "crie pas, n’agite pas les bras, ne fait pas de promesse grandiose". Ces traits de la personnalité d’Alain Juppé feraient aussi de lui le contre-modèle d’un autre homme politique, bien français cette fois: Nicolas Sarkozy. Ce dernier est ainsi décrit comme "parfois grandiloquent et outrancier".

Robin Verner