BFMTV

2017: Nicolas Sarkozy va enfin entrer en campagne

Il ne reste que trois jours à Nicolas Sarkozy pour démissionner de ses fonctions de président de parti s'il souhaite être candidat en 2017. Et alors que ses projets ne laissent guère la place au doute, ses proches insistent déjà sur les thèmes principaux de la future campagne: la nationalité, l'identité, la sécurité...

La fin d'un faux suspense. Comme en 2012, Nicolas Sarkozy aime entretenir le mystère jusqu'au bout. Mais cette fois-ci, il ne peut attendre quatre mois avant l'élection et l'invitation d'un 20h pour se lancer officiellement dans la course à la présidentielle. Chef de file des Républicains, il est contraint, par les statuts de son parti, de démissionner de la présidence au moins 15 jours avant la date limite de dépôt des candidatures, soit le 25 août. Le nouveau QG étant prêt, l'équipe quasi-constituée, l'enjeu est désormais de réussir cette opération de communication pour rattraper son retard sur Alain Juppé, en tête des sondages.

En deux temps?

Avant 23h59 ce jeudi, Nicolas Sarkozy doit donc renoncer à son titre actuel s'il veut se lancer dans la course à la présidentielle. Mais il n'est toutefois pas contraint de se déclarer immédiatement candidat (possible jusqu'au 9 septembre), même si la première option laisserait fortement présager la seconde.

De retour de vacances dans le Var ce lundi, le président des Républicains peaufine son plan de bataille. Sa première réunion publique en tant que candidat est fixée au 25 août à Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône. Le rendez-vous est semble-t-il pris pour démissionner car plusieurs soutiens de l'ancien chef de l'État sont attendus.

"J’appelle sa candidature de mes vœux, et je pense qu’ils seront exaucés dans les 72 heures", a déclaré sur Europe 1 ce lundi matin Christian Jacob, le président du groupe LR à l'Assemblée nationale.

Sa candidature à l'Élysée pourrait intervenir quelques jours plus tard, comme lui conseillent certains proches, histoire d'occuper au maximum le champ médiatique.

Viser les préoccupations des Français

Afin de remonter dans les sondages, Nicolas Sarkozy va axer sa campagne sur les nouvelles préoccupations des Français.

"La nationalité, l'identité, la sécurité: ce sont des thématiques qu'il va évidemment défendre lors de cette campagne", souligne Roger Karoutchi, sénateur LR. "Il va aussi beaucoup parler de fiscalité et demander des baisses d'impôts drastiques. Il va prôner un système où il y aurait moins de règles et plus de protection", indique Laurent Neumann, éditorialiste politique de BFMTV.

La primaire de la droite et du centre s'annonce relativement large et ouverte, même si personne ne connaît encore avec précision la nature du corps électoral. Le scrutin aura néanmoins lieu le 20 et 27 novembre prochains.
P. P. avec Jérémy Trottin et Florian Brunet