BFMTV

Les grandes figures du socialisme

-

- - -

Le socialisme ne date pas d'hier. Qui sont les grands noms qui l'ont fait et ont ainsi marqué l'Histoire de la France ? Portraits de 3 grands hommes de gauche.

[Retour au sommaire]

Jean Jaurès (1859-1914)
Né en 1859, Jean Jaurès est docteur en philosophie. Député du Tarn de centre gauche, il est surtout l'un des principaux artisans de la fusion des différentes sensibilités de gauche au sein de la SFIO (Section française de l'Internationale ouvrière) en 1905, ancêtre du Parti Socialiste. Il est aussi connu pour avoir créé le journal « L'Humanité ». Anticolonialiste et pacifiste, il est contre l'entrée en guerre de la France en 1914. Parce qu'il se mobilise contre cet engagement, il est assassiné par un nationaliste, Raoul Villain, à Paris le 31 juillet 1914.

Léon Blum (1872-1950)
Né en 1872, Léon Blum dirige la SFIO et est Président du conseil (chef du gouvernement français) en 1936 (Front populaire), 1938 et 1946. En 1904, il participe avec Jean Jaurès à la fondation de « L'Humanité ».
Au Congrès de Tours en 1920, il s'oppose à la majorité et refuse l'adhésion à la IIIème Internationale communiste. Il est à l'origine de plusieurs réformes, parfois critiquées à l'époque : congés payés, accords de Matignon sur un relèvement des salaires, semaines de 40 heures, présence de femmes au gouvernement...
Livré aux nazis par le gouvernement de Vichy, il est déporté en résidence surveillée près de Buchenwald. Revenu en France, il dirige en 1946 le dernier gouvernement de transition avant la mise en place de la IVe République.

Pierre Mendès France (1907-1982)
Sous-secrétaire d'État au Trésor de Léon Blum (1938), il sera Commissaire aux finances en 1943 sous le général de Gaulle. Mais, en désaccord avec celui-ci, il s'en éloigne dès la Libération. Président du Conseil en 1954, il règle le conflit en Indochine et favorise la prise d'autonomie du Maroc et de la Tunisie. Ministre de Guy Mollet en 1956, il est opposé à la politique menée par la France en Algérie, et décide donc de démissionner. En juin 1958, il vote contre l'investiture du général de Gaulle.

La rédaction