François Fillon à Troyes
 

De retour en métropole, ce mardi, après un week-end passé sur l'île de La Réunion, François Fillon continue sa campagne et compte bien multiplier les déplacements. Pourtant, les déplacements sur le terrain se compliquent pour le candidat de la droite et du centre à la présidentielle.

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Ouffff ....

    il reste une solution : Sarko, son maitre qu'il a suivi comme un toutou pendant 5 ans.
    Si Sarko lui ordonne, gentiment et avec tact, Fillon abandonnera.

    Au profit de Baroin.
    Avant de se retirer dans son manoir, ronger son frein et sans avoir compris pourquoi il s'est fait virer. Il ne comprendra jamais, il est trop têtu et manque d'intelligence politique.

    Tant pis pour lui,
    Au moins la France aura éviter une catastrophe de justesse.

  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Ouffff ....

    il reste une solution : Sarko, son maitre qu'il a suivi comme un toutou pendant 5 ans.
    Si Sarko lui ordonne, gentiment et avec tact, Fillon abandonnera.

    Au profit de Baroin.
    Avant de se retirer dans son manoir, ronger son frein et sans avoir compris pourquoi il s'est fait virer. Il ne comprendra jamais, il est trop têtu et manque d'intelligence politique.

    Tant pis pour lui,
    Au moins la France aura éviter une catastrophe de justesse.

  • Alpes et lac
    Alpes et lac     

    Fillon n'est pas "LE" candidat pour la France.
    Comme beaucoup de français l'ont compris :

    Fillon n’est pas l’homme providentiel pour la France.

    Sa gestion de crise le montre très bien.
    C’est une catastrophe, Fillon : il s’acharne et « n’écoute pas le vent » (Blow’in in the wind de Dylan).
    Il n’a pas l’intelligence sociale et politique pour comprendre ce qui se passe autour de lui.
    De plus, il n’écoute pas son entourage. Il emmène ses « amis » à la défaite.

    Et maintenant on a compris le pire : son programme, revanchard, qu’il a dû élaborer tout seul, montre la faiblesse de "l’homme Fillon" : il ne se rend pas compte qu’il ne pourra jamais l’appliquer, sans mettre la France à feu et à sang.

    Sans le savoir, et c’est grave, il fait du populisme et de l’anti-populisme en même temps :
    -ça plait au peuple de droite ; ça le fait rêver
    -ça déplait au peuple de gauche ; ça le fait enrager.
    Pas bon tout ça … pour la France, ça ne peut pas marcher !!!
    Fillon n'est pas le bon candidat de la droite.

    Dans un autre temps … ou un autre pays, Fillon aurait éventuellement pu « être dictateur »
    (mais si un autre, fort et courageux, l’avait amené au pouvoir ou lui avait laissé la place).

  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Merci au Penelopegate !!!
    Merci à la presse.

    Fillon révèle enfin son vrai visage :

    1) Il n’est pas un chef, il est autocrate à défaut d’être autoritaire, têtu, borné et ne « sent » pas ce qui se passe. Aucune intelligence politique et sociale. Besogneux.

    2) Formation « light » et pas adapté au commandement (bac A, droit, DESS). Une prépa et une grande école manquent à sa formation de politique aiguisé : très loin derrière les X, ENA, HEC

    3) Il a toujours été le second de quelqu’un et il a besoin d’un guide qui lui impose quoi faire dans la difficulté (Sarko pendant 5 ans l’a considéré comme son toutou, sa marionnette)

    4) Aucune intelligence politique ; lorsqu’il n’est pas guidé fermement (il n’écoute pas ses conseillés), il est capable des pires erreurs. Sa com et son comportement hautain dans le penelopegate ont été atterrantes !!!

    5) Son programme (revanchard) est irréalisable : il l’a construit tout seul dans sa tour d’ivoire et ne se rend pas compte qu’il ne pourra jamais le mettre en œuvre. Le peuple, le parlement et tous les « verrous de la France » le bloqueront dès sa première tentative de réforme.

    Bref il aurait été un très mauvais président pour la France.
    Sans classe. Très loin de tous les président de la V république (Même Hollande !)
    Et à l’opposé de son modèle, le Général qu’il croit savoir imiter.
    Sa personnalité (autocrate, têtu, borné) de « faible qui se croit fort » aurait scindé et clivé la France sans qu’il comprenne pourquoi. Il est un homme de « tour d’ivoire ».

    Et c’est « tant mieux » pour nous tous qu’il soit cloué au sol par ses affaires.
    Une punition bien méritée. Ce qu’il a fait est immoral et sans éthique. C’est « tout lui », le vrai Fillon.

    Le dénouement (dramatique pour les LR) est la conséquence des points évoqués ci-dessus.
    Il aura tué les chances des LR de gouverner. Qu’il soit maudit par tous les ex futurs ministres, ex futurs députés et attachés de toutes sortes.

  • beaudolo
    beaudolo     

    L’élection du président de la république au suffrage universel a été instauré par le général de Gaulle en 1958. Héros de la libération de la France un tel système ne présentait aucun danger pour le Général il ne pouvait que lui apporter l’appui incontestable de tout un peuple. Bon, en 1968 il a poussé le bouchon un peu loin, pour son époque, il ne fut pas approuvé par ce peuple de France et du démissionner.
    Aujourd’hui, l’élection du président de la république au suffrage universel présente un enjeu bien plus crucial qu’en 1958. On demande aux Français de se prononcer sur le programme d’un candidat, qu’ils n’ont jamais lu, qui pourrait mener le pays dans la voie de la prospérité. Oui, mais voilà, nous vivons, en 2017, dans un monde qui ne se limite plus aux frontières de la France, l’économie est elle aussi mondialisée et pour se prononcer sur ce qu’il faudrait faire nécessite des connaissances approfondies en économie politique, sociale et surtout économique et tout cela au niveau des grands équilibres mondiaux. 99% des Français n’y comprennent pas grand-chose, ce n’est pas faute d’y essayer de comprendre, mais les éléments de cette compréhension ne leur sont pas toujours fournis. Cela autorise tous les mensonges, toutes les promesses démagogiques et tout ceci dans le seul intérêt des candidats, qu’ils soient de gauche, du centre ou de droite.
    Pourquoi dans une telle situation les médias, au lieu de s’adonner à faire de l’information people et aux scandales, ne feraient-ils pas œuvre de pédagogie ? Nos médias ne manquent pas de grands spécialistes en économie qui pourraient nous tracer le tableau de la France aujourd’hui, le comparer à nos voisins européens dans les grands domaines qui régissent la prospérité d’un pays (la croissance, le chômage, la dette, le déficit budgétaire, la balance commerciale ou des paiements, les niveaux de vie comme indicateur de synthèse,…) et sur une deuxième colonne les solutions possibles quelques soient les orientations de ces économistes (keynésiennes ou libérales, peu importe) et terminer par mettre cette analyse en face des programmes des candidats.
    De cette façon nos journalistes feraient œuvre « bienfaitrice » au lieu de s’adonner à des manœuvres politiciennes destructrices de la France. Cela n’exclut évidemment pas que le « client » choisi par le peuple soit totalement honnête, mais cela relève de la justice et non des tribunaux « médiatiques » !

    bergheim
    bergheim      (réponse à beaudolo)

    99% des Français n’y comprennent pas grand-chose,
    et bien sur , il n'y a que vous qui comprenez quelque chose.
    les fadas pensent aussi qu'ils on raison et que tout les autres ont tord!

    beaudolo
    beaudolo      (réponse à bergheim)

    C'est bien ce que disais, les Français ont des difficultés mais ici c'est avec la lecture, même les "fadas", supporters de l'OM", alors là on comprend!!!!

    beaudolo
    beaudolo      (réponse à bergheim)

    Pourquoi une telles attaque personnelle, je crois que vous n'avez pas bien compris ce que j'ai dit!

    fumcapt
    fumcapt      (réponse à beaudolo)

    C'est vrai qu'on a du mal a vous comprendre !!!

  • sonntag67
    sonntag67     

    Après avoir dirigé la campagne numérique d'Alain Juppé pendant la campagne de la primaire, Aurore Bergé jette l'éponge et rejoint Emmanuel Macron.

    Alpes et lac
    Alpes et lac      (réponse à sonntag67)

    Non, elle a compris que Fillon n'est pas "LE" candidat pour la France.
    Comme beaucoup de français l'ont compris :

    Fillon n’est pas l’homme providentiel pour la France.

    Sa gestion de crise le montre très bien.
    C’est une catastrophe, Fillon : il s’acharne et « n’écoute pas le vent » (Blow’in in the wind de Dylan).
    Il n’a pas l’intelligence sociale et politique pour comprendre ce qui se passe autour de lui.
    De plus, il n’écoute pas son entourage. Il emmène ses « amis » à la défaite.

    Et maintenant on a compris le pire : son programme, revanchard, qu’il a dû élaborer tout seul, montre la faiblesse de "l’homme Fillon" : il ne se rend pas compte qu’il ne pourra jamais l’appliquer, sans mettre la France à feu et à sang.

    Sans le savoir, et c’est grave, il fait du populisme et de l’anti-populisme en même temps :
    -ça plait au peuple de droite ; ça le fait rêver
    -ça déplait au peuple de gauche ; ça le fait enrager.
    Pas bon tout ça … pour la France, ça ne peut pas marcher !!!
    Fillon n'est pas le bon candidat de la droite.

    Dans un autre temps … ou un autre pays, Fillon aurait éventuellement pu « être dictateur »
    (mais si un autre, fort et courageux, l’avait amené au pouvoir ou lui avait laissé la place).

  • sonntag67
    sonntag67     

    la droite française n'a pas de légitimité pour gouverner, elle date du millénaire dernier, la droite n'a pas su évoluer, la droite est embourbée dans ses contradictions profondes.

  • beaudolo
    beaudolo     

    Le parti socialiste n’est pas et ne sera jamais un parti de gouvernance, il suffit pour s’en convaincre de regarder ce que sont devenus tous les pays qui ont eu un gouvernement de gauche ou d’extrême gauche (Cuba, Venezuela, Brésil, Vietnam, Corée du Nord, tous les pays de l’est à l’époque de l’URSS…). Pour gouverner il faut savoir prendre les bonnes décisions au bon moment même si ces dernières ne sont pas populaires, à l’exemple de Schroeder en 2008 en Allemagne. Ce n’est pas avec de l’angélisme, de la bien-pensance, de la démagogie que l’on gouverne un pays ni avec une idéologie qui vous empêche de changer de cap quand les événements l’imposent. L’idéologie socialiste n’est plus adaptée au monde d’aujourd’hui plus particulièrement à la période de crise économique que nous connaissons. Les socialistes savent distribuer des « bonbons » mais ne savent pas prendre les décisions économiques nécessaires à la réduction des déficits publics et à la diminution de notre dette. Enfin l’élection en 2012 d’un président de substitution n’arrange rien à nos problèmes et le risque de voir se reproduire une telle situation en 2017 avec l’élection de Hamon, ex-trotskiste est grand, ce serait la ruine de la France tant sur le plan économique qu’identitaire !

    sonntag67
    sonntag67      (réponse à beaudolo)

    l’exemple de Schroeder en 2008 en Allemagne
    oui mais voilà, les Allemands sont majoritairement des protestants progressistes et disciplinés, les Français sont des catho réactionnaires indisciplinés prêts à faire des efforts à condition que ce soit leur voisin et pas eux même!

    Et maintenant ?
    Et maintenant ?      (réponse à sonntag67)

    hélas oui ...

    Montesquieu l'avait décrit ...

  • fumcapt
    fumcapt     

    Il peut venir dans mon petit village..................on l’accueillera au son des casseroles !!!!

Votre réponse
Postez un commentaire