BFMTV

Le retour de Thévenoud à l'Assemblée: "scandaleux", "minable"

Si Thomas Thévenoud a été exclu lundi du Parti socialiste, il n'en reste pas moins député, et sourd aux appels pressants qui réclament sa démission

Si Thomas Thévenoud a été exclu lundi du Parti socialiste, il n'en reste pas moins député, et sourd aux appels pressants qui réclament sa démission - BFMTV

Thomas Thévenoud a fait son retour à l'Assemblée nationale mercredi matin. Il a siégé une petite heure en commission, une présence obligatoire pour toucher son indemnité parlementaire, ce qui choque bon nombre de ses confrères.

Un mois après son éviction du gouvernement, Thomas Thevenoud effectue son retour à l'Assemblée nationale. Le député a siégé une petite heure mercredi matin à la commission développement durable où il était question de recyclage... de papier.

"Thomas Thévenoud est reparti aussi discrètement qu'il a siégé", explique le député Yannick Favennec qui était assis à ses côtés. Le député UDI considère que son collègue doit "clarifier cette situation". "Ou monsieur Thévenoud assume et siège - mais pas que le mercredi matin au moment où nous sommes censés émarger pour pas être pénalisées sur notre indemnité parlementaire - ou alors il n'assume pas et il s'en va; il démissionne", juge-t-il sur BFMTV.

"Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas rester ministre en ayant fraudé mais qu'on puisse rester député", a réagi Benoist Apparu sur BFMTV. Le député UMP pense que le parlementaire aurait dû "en tirer des conclusions personnelles".

"Nous souhaitons et nous l’avons dit que Monsieur Thévenoud démissionne de son mandat parlementaire", a redit le porte-parole du gouvernement. "Mais je rappelle, aucune loi ne permet de le démissionner", a ajouté Stéphane Le Foll.

"Le spectacle du parlementaire qui vient pointer"

"L'attitude de Thomas Thévenoud était scandaleuse, maintenant elle devient minable", s'emporte Olivier Falorni. Dénonçant "le spectacle du parlementaire qui vient pointer", le député PRG de Charente-Maritime estime que Thomas Thévenoud "fait vraiment du mal à la République" et estime qu'il faudrait légiférer sur la question.

Une proposition de loi sur la question

Le nouveau patron des sénateurs UMP Bruno Retailleau a déposé vendredi une proposition de loi renforçant les sanctions en cas de fraude fiscale commise par un parlementaire. Elle a pour objet "de proposer que, dès son élection, un parlementaire fournisse une déclaration sur l'honneur certifiant qu'il est à jour des obligations fiscales et sociales qui lui incombent personnellement".

Les déclarations seraient transmises à la Haute autorité pour la transparence de la vie politique, qui procéderait à des vérifications et pourrait saisir la justice dans l'hypothèse de manquements graves et répétés.

Karine Lambin