BFMTV

Le projet de loi sur le marché du travail adopté en Conseil des ministres

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, estime que le projet de loi sur le marché du travail, adopté ce mercredi en Conseil des ministres, est la traduction du « premier accord de cette importance depuis 30 ans ».

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, estime que le projet de loi sur le marché du travail, adopté ce mercredi en Conseil des ministres, est la traduction du « premier accord de cette importance depuis 30 ans ». - -

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé ce mercredi matin que le projet de loi transcrivant l'accord du 11 janvier entre partenaires sociaux sur le marché du travail avait été adopté en Conseil des ministres.

S'exprimant dans la cour de l'Elysée après le Conseil des ministres, qui a adopté le projet de loi sur le marché du travail, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a fait valoir qu'il était la traduction du « premier accord de cette importance depuis 30 ans », en ajoutant qu'il avait « toute confiance dans la responsabilité des parlementaires socialistes » pour que le projet de loi ne soit pas modifié en profondeur lors de son examen au Parlement.

« Un accord gagnant-gagnant »

« Aujourd'hui, c'est le succès d'une méthode, celle du dialogue social, celle de la négociation, celle de la recherche du compromis », a affirmé Jean-Marc Ayrault en souhaitant que le projet de loi soit adopté « très vite » au Parlement. « C'est un projet de loi qui va permettre de renforcer la sécurité des parcours professionnels pour les salariés (...) C'est un accord gagnant-gagnant pour les entreprises qui connaissent des difficultés, qui doivent se réorganiser, en anticipant la situation, sans faire qu'à chaque fois la seule solution, c'est de licencier », a plaidé le Premier ministre. « C'est un projet de loi qui préserve l'emploi, c'est un projet de loi qui participe à l'emploi », a-t-il insisté. « J'ai toute confiance dans le sens de la responsabilité des parlementaires socialistes. Ils sont près de 300 », a également déclaré le Premier ministre, relativisant ainsi la portée de la présence de quelques élus socialistes, mardi, à la manifestation à Paris de protestation contre l'accord du 11 janvier. « On ne peut pas réformer le pays uniquement par conflit, par affrontement. On peut le faire aussi (par) des accords, des négociations. Le gouvernement préconise cette négociation, cette méthode du dialogue social. Cela sera la même chose pour les retraites, pour la formation professionnelle », a conclu Jean-Marc Ayrault.

J.V. avec AFP