BFMTV

Le Pen et Dupont-Aignan voteront la motion de censure avec la gauche

Marine Le Pen a fait savoir ce jeudi après-midi que les députés du Rassemblement national se joindraient à la gauche et voteraient la motion de censure de la gauche contre le gouvernement.

Les députés se prononcent ce jeudi après-midi sur l'examen de la motion de censure contre le gouvernement pour prendre acte de la colère des Français, alors que la crise des gilets jaunes sévit en France depuis un mois.

Au-delà des députés de la gauche à l'initiative de cette motion de censure, Marine Le Pen a annoncé que les députés RN voteraient également la motion, tout comme Nicolas Dupont-Aignan.

Le gouvernement "instrumentalise cet attentat"

"Chaque occasion de dire que nous sommes en opposition absolument totale avec la politique qui est menée par Emmanuel Macron, je la saisirai", a expliqué Marine Le Pen, la dirigeante du parti d'extrême droite. Elle a cependant reconnu qu'elle n'avait "pas beaucoup d'espérance", sachant "très bien qu'en réalité elle ne sera pas votée pour une raison simple: La République en marche est majoritaire à l'Assemblée nationale".

Le président de Debout la France a appelé "à arrêter les manifestations pour ne pas submerger les forces de l’ordre dans ce contexte terroriste". Il considère néanmoins que "le gouvernement instrumentalise honteusement cet attentat".

"Bien sûr qu'il faut manifester!" estime quant à lui Alexis Corbière. Le député La France insoumise juge que "certains membres du gouvernement essaient d’instrumentaliser cet attentat pour faire taire ce mouvement (des gilets jaunes)."

Dans leur motion, les députés de gauche estiment que les annonces faites par Emmanuel Macron lundi soir ne sont 'ni justes, ni responsables, ne sont pas de nature à répondre à la colère et aux revendications des Français'.

"Il faut savoir finir une grève" a déclaré Gilles Le Gendre, président du groupe LaREM à l'Assemblé nationale, qui considère qu''il n’est plus raisonnable de continuer à manifester dans ce contexte".

Ouverts à 16h30, les débats s'achèveront en fin de journée par un scrutin dont les résultats seront connus à partir de 19h30. Mais les députés socialistes, communistes, Insoumis et Rassemblement national n'ont cependant aucune chance de faire tomber le gouvernement, ces élus totalisant 68 voix, loin de la majorité des 577 députés.
Jeanne Bulant