BFMTV

Le Maire estime que la carrière du patron de BlackRock France "justifie" sa Légion d'honneur

Le ministre de l'Economie a défendu la promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur de

La décoration, en pleine mouvement social contre la réforme des retraites, a suscité l'ire de l'opposition et des syndicats, mais Bruno Le Maire ne voit pas où est le problème. L'ensemble de la carrière effectuée en France par Jean-François Cirelli, actuel patron du gestionnaire d'actif BlackRock France, "justifie" sa promotion dans l'ordre de la Légion d'honneur, a défendu ce vendredi le ministre de l'Economie.

"M. Cirelli a exercé des fonctions qui justifient la décoration qu'il va recevoir aujourd'hui, que ce soit comme directeur adjoint du cabinet du Premier ministre (Jean-Pierre Raffarin), que ce soit comme président de GDF. Il a une carrière qui justifie la décoration qui lui est attribuée aujourd'hui et qui je le rappelle a été validée par la Grande Chancellerie", a déclaré le ministre en marge d'un déplacement à Paris.

Jean-François Cirelli, ancien dirigeant de GDF-Suez, puis d'Engie, a été nommé officier de la Légion d'honneur dans le contingent du Premier ministre dans la promotion du Nouvel an. Il est actuellement président de la branche française de BlackRock: cette entreprise américaine, implantée dans l'Hexagone depuis 13 ans, est le plus important gestionnaire d'actifs du monde, avec un portefeuille d'actifs de quelque 7.000 milliards de dollars dans le monde, dont 30 milliards environ auprès de clients français. 

"BlackRock ne s'occupe pas des pensions de retraite"

Cette nouvelle été dénoncée par l'opposition qui a brocardé un choix du "camp des fonds de capitalisation" dans la bataille sur la réforme des retraites. "C'est tout sauf anecdotique, BlackRock, c'est tout simplement le côté obscur de la réforme des retraites", avait notamment fustigé jeudi Olivier Faure, premier secrétaire du PS, en évoquant la promotion de Jean-François Cirelli.

"Puisqu'on est en période de vœux, je voudrais faire un vœu pour l'année 2020, c'est que la politique en France revienne à la raison et quitte le terrain du fantasme dans lequel elle se trouve trop souvent", a répliqué Bruno Le Maire en référence à la polémique sur le sujet.

"Je rappelle que BlackRock est un gestionnaire d'actifs. Donc BlackRock ne s'occupe pas des pensions de retraite, donc on est en train de mélanger des choses qui n'ont absolument rien à voir", a-t-il insisté.

M.D. avec AFP