Gérard Larcher, Édouard Philippe, François de Rugy et Emmanuel Macron.
 

Le calendrier de la réforme des institutions est retardée par l'examen des lois organique et ordinaire par le Conseil d'Etat, tandis que le bras de fer entre la droite sénatoriale et l'exécutif se prolonge.

Votre opinion

Postez un commentaire