BFMTV

Le gouvernement change ses plans sur les prisons

Le plan d'extension et de rénovation annoncé en 2009 pour les prisons françaises, souvent vétustes et surpeuplées, va être modifié avec notamment la conservation de 15 établissements condamnés à la fermeture. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Le plan d'extension et de rénovation annoncé en 2009 pour les prisons françaises, souvent vétustes et surpeuplées, va être modifié avec notamment la conservation de 15 établissements condamnés à la fermeture. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau - -

PARIS (Reuters) - Le plan d'extension et de rénovation annoncé en 2009 pour les prisons françaises, souvent vétustes et surpeuplées, va être modifié...

PARIS (Reuters) - Le plan d'extension et de rénovation annoncé en 2009 pour les prisons françaises, souvent vétustes et surpeuplées, va être modifié avec notamment la conservation de 15 établissements condamnés à la fermeture, a annoncé jeudi le ministère de la Justice.

Le secteur pénitentiaire souffre d'un engorgement croissant avec 64.148 détenus au 1er avril dernier pour 56.500 places, ce qui, selon les syndicats de magistrats et de gardiens, compromet leur fonctionnement normal et contribue à provoquer un nombre record de suicides.

Environ 25 établissements nouveaux seront construits, sept étendus et 36 seront finalement fermés, ce qui portera la capacité globale du secteur en 2018 à plus de 70.000 places, assure le ministère de la Justice dans un communiqué.

Les syndicats se disent satisfaits de l'annulation partielle des décisions prises lorsque Michèle Alliot-Marie était ministre de la Justice. Elle fait suite à plusieurs conflits et mouvements de protestation des gardiens de prison.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal