BFMTV

Le cas de Jean-Noël Guérini embarrasse le PS

L'attitude à adopter vis-à-vis de Jean-Noël Guérini divise le Parti socialiste et pourrait fragiliser la fédération PS des Bouches-du-Rhône à quelques semaines des élections cantonales. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

L'attitude à adopter vis-à-vis de Jean-Noël Guérini divise le Parti socialiste et pourrait fragiliser la fédération PS des Bouches-du-Rhône à quelques semaines des élections cantonales. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

L'attitude à adopter vis-à-vis de Jean-Noël Guérini divise le Parti socialiste et pourrait fragiliser la fédération PS des Bouches-du-Rhône à quelques semaines des élections cantonales.

Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône et patron de la fédération socialiste du département a annoncé jeudi qu'il porterait plainte contre Arnaud Montebourg, qui recommande sa "destitution" dans un rapport.

Le document remis à la direction du PS par le député de Saône-et-Loire réclame la mise sous tutelle de la fédération PS des Bouches-du-Rhône, dont il dénonce notamment le "clientélisme féodal".

Le premier secrétaire du PS, Martine Aubry, n'a pas été convaincue.

"Il n'y a rien dans ce rapport, pas un élément concret, précis, pas un fait", dit-elle sur le site internet du magazine Le Point. "Il faut laisser faire la justice. Pour l'instant, Jean-Noël Guérini n'a même pas été entendu".

Le rapport d'Arnaud Montebourg pourrait mettre à mal la stratégie d'alliance du PS pour le scrutin cantonal des 20 et 27 mars dans les Bouches-du-Rhône, où la gauche détient 22 des 29 cantons renouvelables.

Le porte-parole du PS à Marseille, Patrick Mennucci, a reconnu que le rapport était un élément "difficile à gérer".

"Les conseillers généraux socialistes sortants ont parfaitement rempli leur mission. Il ne faut pas confondre les choses", a-t-il déclaré à la presse.

"CULTE DU CHEF"

Chef de file d'Europe Ecologie les Verts en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Laurence Vichnievsky s'est pour sa part interrogée sur la pertinence de reconduire Jean-Noël Guérini à la tête du conseil général des Bouches-du-Rhône, qu'il dirige depuis 1998.

"Cela fait un petit moment que je me demande pourquoi on ne réagit pas plus", a-t-elle dit à quelques journalistes. "Si les états-majors des partis ne réagissent pas, ce sera aux électeurs de faire le tri parmi les candidats".

"Entre les deux tours, il y aura des conditions à notre soutien. Nous les définirons collectivement, mais on peut facilement les imaginer compte tenu du contexte actuel", a-t-elle souligné.

Jean-Noël Guérini, dont le frère Alexandre est en prison depuis le 1er décembre dans le cadre d'une information judiciaire sur les marchés publics des Bouches-du-Rhône, est directement visé par l'élue écologiste.

Laurence Vichnievsky se sent confortée dans ses propos par les conclusions du rapport Montebourg évoquant le "culte du chef" qui serait imposé par le patron de la fédération PS.

"Il y a un sujet judiciaire sur lequel il faut laisser les juges travailler et un sujet politique qui est là depuis un bon moment et qu'il faut régler", a conclu l'ex-magistrate.

Jean-Noël Guérini a confié à Me Patrick Maisonneuve, du barreau de Paris, d'instruire sa plainte pour diffamation contre Arnaud Montebourg.

"Je m'inscris totalement en faux contre ce texte, mensonger, calomnieux et diffamatoire", dit-il dans un communiqué. "Cet élu", ajoute-t-il à propos d'Arnaud Montebourg, "se prend pour un procureur" et "son attitude, digne d'un inquisiteur, est inacceptable".

Jean-Noël Guérini a été élu président du conseil général des Bouches-du-Rhône en 1998, réélu en 2001, 2004 et 2008.

REUTERS