BFMTV

La Turquie à Paris contre une loi sur le génocide arménien

-

- - -

Depuis lundi, deux délégations turques sont en visite à Paris. Elles veulent inciter les responsables politiques à ne pas voter une proposition de loi visant à pénaliser la négation du génocide arménien. Faut-il légiférer au risque de se brouiller avec la Turquie?

Un cas de conscience pour les parlementaires français : jeudi passe à l'Assemblée une proposition de loi qui vise à pénaliser la négation du génocide arménien. Le texte froisse les turcs. Une délégation de députés et d'hommes d'affaires est en ce moment à Paris pour tenter de faire pression sur les élus français. Pourtant, la proposition de loi, qui punit d'une peine de prison et d'une amende la négation des génocides, sera bien examinée jeudi par les députés.

« On ne va pas acheter notre silence »

Valérie Boyer est députée UMP des Bouches-du-Rhône, elle est auteur de la proposition de loi qui devrait être examinée jeudi à l'Assemblée. « La Turquie a le droit de penser ce qu'elle veut, mais les parlementaires français aussi. Le fait de menacer un autre Etat me semble particulièrement antidémocratique. La France et la turquie ont des relations amicales, bien sur, mais la question de la reconnaissance du génocide turc a été réglée par la France en 2001. Il est évident qu'il fallait aller plus loin, pénaliser les négationnistes. On ne va pas acheter notre silence! »

« Une loi absurde et ridicule »

Pour Bahadir Kameagasi, co-directeur de la Tüsiad, l'association des Industries et des entreprises de Turquie, « c'est une loi absurde et ridicule. Ce n'est pas au parlement français d'émettre un jugement sur l'histoire, de pénaliser et empêcher tout débat. Sur le plan économique, il y a aura des milliards d'euros perdus! La Turquie est un pays qui génère des emplois en France grâce à son dynamisme économique, son déficit commercial est en faveur de la France. Les entreprises françaises ne bénéficieront plus de la bonne image que la France avait jusqu'à maintenant. »