BFMTV

La rigueur ne touchera pas les classes moyennes, promet Hollande

François Hollande a promis vendredi que les mesures de rigueur que le gouvernement français sera amené à prendre dans les prochains jours pour combler un besoin de financement estimé à dix milliards d'euros ne toucheront pas les classes moyennes. /Photo p

François Hollande a promis vendredi que les mesures de rigueur que le gouvernement français sera amené à prendre dans les prochains jours pour combler un besoin de financement estimé à dix milliards d'euros ne toucheront pas les classes moyennes. /Photo p - -

ROME (Reuters) - Les mesures de rigueur que le gouvernement français sera amené à prendre dans les prochains jours pour combler un besoin de...

ROME (Reuters) - Les mesures de rigueur que le gouvernement français sera amené à prendre dans les prochains jours pour combler un besoin de financement estimé à dix milliards d'euros ne toucheront pas les classes moyennes, a promis vendredi François Hollande.

Le chef de l'Etat s'exprimait en marge d'une réception à l'ambassade de France à Rome, après un sommet à quatre avec les dirigeants allemand, italien et espagnol.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, dévoilera la stratégie du gouvernement le 3 juillet, dans un discours de politique générale, et un budget rectificatif comportant des hausses d'impôts sera présenté le 4 en conseil des ministres.

"Il y a des efforts à faire, il y a un redressement à conduire, je l'ai dit devant les Français. Il se fera dans la justice", a déclaré François Hollande à des journalistes.

"Les classes moyennes ne seront pas touchées par les mesures qui seront prises dans les prochains jours comme dans les prochaines semaines", a ajouté le chef de l'Etat.

Il a, en revanche, dit que les mesures qui seront annoncées, pour éviter un dérapage du budget 2012 en raison, notamment, d'une activité économique atone, "s'adresseront à ceux qui ont le plus".

"D'ailleurs, je fais appel à leur patriotisme", a-t-il ajouté. "Nous avons des comptes à redresser, nous avons des dérives qui se sont produites ces derniers mois ou ces dernières années. Eh bien, nous allons commencer par appeler l'effort de ceux qui ont reçu le plus comme cadeaux fiscaux, sans qu'il y ait une volonté de punir qui que ce soit parce que nous avons besoin de tous."

En matière de réduction des dépenses publiques, il a refusé de confirmer des informations publiées par la presse ces derniers jours selon lesquelles le gouvernement pourrait ne pas remplacer deux fonctionnaires partant à la retraite sur trois dans certains ministères ou administrations.

"Deux fonctionnaires sur trois ? Ça fait partie de je ne sais quelle spéculation", a-t-il dit.

"Il y a des économies à faire quand nous le pouvons, mais ça sera surtout dans le budget pour 2013 que nous pourrons faire ces économies, même si ça n'empêche pas d'avoir cette vigilance dans l'année 2012", a précisé François Hollande

Il a, par ailleurs, indiqué que les discussions sur l'augmentation du salaire minimum, le smic, continuaient, et que la décision sur l'ampleur d'un éventuel "coup de pouce" serait prise mercredi.

Emmanuel Jarry, édité par Jean-Loup Fiévet