BFMTV

Municipales à Paris: Griveaux ne "comprend pas" que ses adversaires critiquent le mode de désignation

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Ludovic Marin - AFP

Plusieurs candidats à l'investiture La République en marche pour les municipales parisiennes critiquent une désignation par commission, prévue début juillet.

Il ne "comprend" pas. L'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux poursuit ce dimanche la querelle par médias interposés qui oppose les différents candidats LaREM à l'investiture en vue des municipales parisiennes.

La commission nationale d'investiture doit recevoir tous les candidats le 9 juillet et désigner, après un "grand oral" de 45 minutes chacun, qui représentera le parti de la majorité au prochain scrutin municipal de la capitale.

Une formule décriée dans le JDD ce dimanche par quatre de ces candidats: Cédric Villani, Mounir Mahjoubi, Hugues Renson et Anne Lebreton. Ceux-ci préféreraient une "consultation citoyenne" et jugent la commission "précipitée".

"Il fallait le dire avant!"

"Ils parlent entre eux, moi je suis avec les Parisiens…", rétorque dans Le Parisien ce dimanche Benjamin Griveaux. L'ex-secrétaire d'Etat rappelle que la procédure n'est pas nouvelle, et a été "votée en novembre par l'ensemble des membres du Conseil d'En marche".

"Si on juge que ce n’est pas la bonne manière il fallait le dire avant !", argue-t-il, même s'il ne veut pas "abîmer" le collectif. Il juge que "le report de la désignation" du candidat LaREM "interdit d'associer les Parisiens" au projet de la personne désignée. Lui-même veut d'ailleurs mettre en place dès septembre une "plateforme collaborative" pour que les Parisiens puissent soumettre leurs propositions.

Liv Audigane