BFMTV
Politique

L'opinion sanctionne Michèle Alliot-Marie pour ses vacances

Très critiquée pour avoir passé ses vacances en Tunisie alors que la contestation du régime Ben Ali enflait, Michèle Alliot-Marie enregistre la plus grosse chute du baromêtre Ipsos-Le Point en perdant 12 points à 38% d'opinions favorables. /Photo prise le

Très critiquée pour avoir passé ses vacances en Tunisie alors que la contestation du régime Ben Ali enflait, Michèle Alliot-Marie enregistre la plus grosse chute du baromêtre Ipsos-Le Point en perdant 12 points à 38% d'opinions favorables. /Photo prise le - -

PARIS (Reuters) - Mise en cause pour ses vacances tunisiennes, Michèle Alliot-Marie enregistre la plus forte baisse de popularité - 12 points - dans...

PARIS (Reuters) - Mise en cause pour ses vacances tunisiennes, Michèle Alliot-Marie enregistre la plus forte baisse de popularité - 12 points - dans le baromètre de l'action politique Ipsos-Le Point, diffusé lundi.

En revanche, les révélations sur le séjour en Egypte de François Fillon sont de ce point de vue sans conséquence puisqu'il progresse d'un point en un mois avec 46% d'opinions favorables.

La ministre des Affaires étrangères obtient de son côté 38% de bonnes opinions, contre 50% d'avis contraires, et sa popularité se dégrade aussi bien à droite qu'à gauche.

Cette vague de février confirme par ailleurs les difficultés de Nicolas Sarkozy, qui peine à retrouver une dynamique d'opinion favorable malgré sa participation à l'émission "Paroles de Français", souligne Ipsos.

Près de deux Français sur trois (63%, -2 points) portent toujours un jugement défavorable sur son action, contre 34% de bonnes opinions (+1).

L'intervention télévisée du chef de l'Etat n'a pas non plus convaincu les sympathisants UMP, dont le soutien s'effrite (75% de jugements favorables, en recul de 6 points, contre 23% d'avis contraires), dit l'institut de sondage.

Ce sondage a été réalisé les 11 et 12 février auprès d'un échantillon de 965 personnes représentatif de la population française.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse