BFMTV

Juppé tire la sonnette d'alarme sur le budget de son ministère

Alain Juppé à la sortie du conseil des ministres, mercredi. Le ministre des Affaires étrangères s'inquiète du manque de fonds du Quai d'Orsay et estime que la France, actuellement engagée dans l'opération en Libye, pourrait à terme ne plus avoir "tout à f

Alain Juppé à la sortie du conseil des ministres, mercredi. Le ministre des Affaires étrangères s'inquiète du manque de fonds du Quai d'Orsay et estime que la France, actuellement engagée dans l'opération en Libye, pourrait à terme ne plus avoir "tout à f - -

PARIS (Reuters) - La France risque de n'avoir plus "tout à fait les moyens de ses ambitions" si le budget du ministère français des Affaires...

PARIS (Reuters) - La France risque de n'avoir plus "tout à fait les moyens de ses ambitions" si le budget du ministère français des Affaires étrangères continue d'être amputé, a déclaré mercredi Alain Juppé.

Le chef de la diplomatie française, qui était l'invité de la presse parlementaire au moment où la France joue un rôle dirigeant dans l'opération militaire contre le régime de Mouammar Kadhafi en Libye, a rappelé qu'il avait signé il y a quelques mois dans Le Monde, alors qu'il n'était pas encore ministre, une tribune allant dans ce sens avec l'un de ses prédécesseurs, le socialiste Hubert Védrine.

"Je l'ai dit à plusieurs reprises", a dit l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

"Ça fait dix ans (...) que les moyens du Quai d'Orsay ont été diminués et aujourd'hui nous sommes à un moment où nous risquons - je suis prudent, je suis membre du gouvernement -, nous risquons de ne plus avoir tout à fait les moyens de nos ambitions", a déclaré Alain Juppé.

"Il faut faire attention et c'est pourquoi je vais me battre notamment dans les mois qui viennent pour le budget de l'année prochaine", a poursuivi le chef de la diplomatie française.

Interrogé pour savoir si l'intervention en Libye allait accroître le déficit budgétaire, le ministre a répondu : "Entre la vie de centaines d'hommes et le déficit budgétaire il y a un moment où on ne choisit pas."

Emile Picy, édité par Yves Clarisse