BFMTV
Politique

"Je demande de la cohésion": le recadrage de Macron lors du séminaire de rentrée du gouvernement

Emmanuel Macron à L'Elysée le 6 septembre 2021.

Emmanuel Macron à L'Elysée le 6 septembre 2021. - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le chef de l'État a demandé aux membres de son gouvernement d'arrêter les "joutes entre ministres étalées dans les médias" et cesser les "faux débats".

Rappel à l'ordre. Le président de la République a recadré ses ministres mercredi matin à l'occasion du séminaire gouvernemental de rentrée. Organisée afin d'établir et/ou clarifier la feuille de route précise pour la fin de ce quinquennat, cette réunion des membres de l'exécutif constituait un défi pour chaque membre du gouvernement qui devait présenter trois réformes réalisables d'ici la présidentielle.

Emmanuel Macron a toutefois profité de l'introduction ce séminaire pour revenir sur plusieurs désaccords entre ministre. Des "joutes" étalées dans les médias et que le chef de l'État a qualifiées d'"insupportables". Dernière en date: Gabriel Attal qui a réfuté l'expression "camp de la raison" employée par Clément Beaune pour qualifier le mouvement que devra mener le président en vue de sa réélection.

"Nous défendons les faits et la rationalité scientifique, évidemment [...] Mais en politique, on ne peut pas disqualifier ses adversaires par principe. Il n’y a pas ceux qui ont toujours raison face à ceux qui ont toujours tort", avait répondu le porte-parole du gouvernement dans les colonnes du Monde.

Autre différend ministériel: celui de l'allocation de rentrée scolaire. Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer avait affirmé la semaine dernière que celle-ci pourrait être utilisée pour d'autres achats comme par exemple des écrans plats. De son côté Olivier Véran, en charge du ministère des Solidarités et de la Santé qui accorde cette allocation, ne s'était dit "pas choqué" si celle-ci était utilisée pour d'autres fins que des fournitures scolaires.

"Pas de faux débats, pas de fausses polémiques"

Enfin les positions divergeantes du locataire de Ségur et Gérald Darmanin sur le cannabis ont fini de faire bondir le chef de l'État qui souhaite une équipe unie d'ici la prochaine échéance électorale.

"Je demande de la cohésion et de l’unité. Il faut se dégager de ce qui peut nous faire perdre du temps. Pas de faux débats, pas de fausses polémiques", a exhorté Emmanuel Macron.

"Le président ne veut pas donner l’impression que l’on s’occupe d’autre chose que de redresser le pays alors que c’est tout le contraire", développe pour BFMTV l’un de ses proches.

"Pas faire de ballon d'essai" sur la réforme des retraites

S'agissant de l'incertitude autour de la réforme des retraites, celle ci n'a pas été abordée sur le fond au cours de ce séminaire. Le président a toutefois assuré à son gouvernement que "la feuille de route dépeinte aux Français le 12 juillet reste d’actualité sur les sujets de court terme, comme de moyen terme. Et je vous demande de ne pas faire de ballon d’essai dans la presse".

Emmanuel Macron, dans son allocution du 12 juillet dernier, avait indiqué souhaité reprendre sa réforme des retraites "dès que les conditions sanitaires seraient réunies", promettant de ne pas engager ce chantier "tant que l'épidémie ne serait pas sous contrôle".

Le Premier ministre Jean Castex a toutefois semblé enterrer celle-ci mercredi en déclarant que les conditions pour relancer cette réforme n'étaient "à ce jour toujours pas réunies". Du côté de l'Élysée, on répète les mots du président:

"La feuille de route est celle du 12 juillet"

"Sur la réforme des retraites, on verra…mais chaque semaine qui passe nous éloigne d’une réforme", commente néanmoins un conseiller.

Agathe Lambret et Hugues Garnier