BFMTV

Insécurité: pour Hollande, Macron ne semble pas mettre "ces sujets au cœur de son action"

L'ancien chef de l'État estime que le rôle du président de la République est notamment "de rappeler qu'il y a un État, et qu'il doit y avoir une autorité".

Alors que ces dernières semaines ont notamment été marquées par une passe d'arme sémantique entre Gérald Darmanin et Éric Dupond-Moretti sur le terme "ensauvagement", un séminaire gouvernemental consacré à la sécurité est organisé ce mercredi, en visioconférence en raison du Covid-19.

"Ces derniers mois, il faut bien reconnaître que l'autorité de l'État a été mise en difficulté", a fustigé François Hollande ce mercredi matin, à l'antenne de BFMTV-RMC.

Le prédécesseur d'Emmanuel Macron cite notamment "des manifestations qui dégénèrent, des violences, des déclarations de tel ou tel membre du gouvernement".

"Violence au quotidien"

"Le président de la République est dans son rôle de rappeler qu'il y a un État et qu'il doit y avoir une autorité", a-t-il poursuivi.

Pour autant, Emmanuel Macron en fait-il suffisamment sur le front de l'insécurité et de l'autorité? Malgré la nomination de trois ministres de l'Intérieur depuis le début du quinquennat, avec Gérard Collomb, Christophe Castaner et à présent Gérald Darmanin, François Hollande, "n'y a pas eu l'impression que le président de la République lui-même prenait ces sujets au cœur de son action".

"La société est violente, est de plus en plus violente", diagnostique l'ancien chef de l'État, évoquant une "violence au quotidien".

Clarisse Martin Journaliste BFMTV