BFMTV

Insécurité: à Deauville, Schiappa défend la "tolérance zéro" de Macron

En déplacement dans le Calvados, la ministre déléguée auprès de Gérald Darmanin s'est engagée à donner "davantage de moyens" aux forces de l'ordre sur le terrain.

"Concret", "quotidien", "terrain"... Fidèle à la ligne que cherche à imprimer le gouvernement, Marlène Schiappa monte également au créneau ce vendredi. Son ministre de tutelle, Gérald Darmanin, l'a fait la veille à Nice, pour soutenir les forces de l'ordre et dénoncer la fusillade qui a eu lieu lundi en plein jour.

C'est à Deauville, dans le Calvados, que la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté a mis en musique le message de l'exécutif, qui fait des questions sécuritaires une de ses priorités. Du moins en termes d'affichage.

"Je suis venue leur adresser un message (...) de soutien, de reconnaissance et de remerciement pour cet engagement", a-t-elle déclaré au micro de BFMTV et RMC, en parlant des différents services de police déployés sur place.

Au diapason de Macron

Endossant le costume de binôme du premier flic de France, l'ex-secrétaire d'État à l'Égalité femmes-hommes a salué des forces de l'ordre "remarquablement engagées, professionnelles, organisées", "qui protègent la population et qui protègent les familles qui viennent en vacances".

Et l'ancienne élue socialiste de relayer l'exigence de "tolérance zéro" d'Emmanuel Macron face à la délinquance, édictée mardi lors de son interview au 20H de TF1:

"Ce n'est pas une question d'occuper le terrain, je crois que c'est une question (...) d'être présents aux côtés des forces de l'ordre. (...) Le président de la République a dit qu'il souhaitait une 'tolérance zéro' vis-à-vis de ces actes, le Premier ministre Jean Castex a rappelé son ambition que les ministres s'engagent très concrètement. (...) Ma présence à Deauville, elle a cette même signification."

Moyens supplémentaires

Élément clé pour ne pas perdre l'électorat de centre-droit d'ici l'échéance de 2022, le sécuritaire et le régalien sont des domaines dont la macronie estime qu'ils ne sont pas suffisamment portés à son crédit. D'où la surmobilisation des ministres concernés, alors même que les faits divers médiatisés se multiplient.

"Si c'était suffisant, je serais chez moi en train de vous regarder à la télévision en train de siroter un cocktail. Si je suis là, présente, aux côtés des forces de l'ordre, c'est justement parce que ce n'est pas encore assez, que nous voulons faire plus", a donc prévenu Marlène Schiappa.

Castex à Nice samedi

Celle-ci s'est par ailleurs félicitée que le ministre de l'Intérieur ait pu obtenir "le financement de 2300 véhicules supplémentaires pour les forces de l'ordre".

"Ça peut paraître anecdotique, mais quand vous êtes dans un commissariat, ou dans une brigade de gendarmerie, et que votre véhicule est défectueux et que vous devez en urgence partir, protéger ou sauver quelqu'un, (...) c'est très compliqué. Donc nous nous engageons pour qu'il y ait, aussi, davantage de moyens pour les forces de l'ordre."

Pour le détail de ces moyens et des crédits qui vont y être alloués, Marlène Schiappa a botté en touche en renvoyant aux arbitrages budgétaires actuellement en cours de discussion au sein de l'exécutif. Le Premier ministre Jean Castex est censé faire des annonces lors d'un déplacement à Nice samedi. Dans l'attente, il reste la communication qui, pour l'heure, semble bien huilée.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV