BFMTV

Il faut une journée de solidarité pour sauver la droite

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC.

Le parti pris, avec Véronique Jacquier à 8h25 sur RMC. - -

Après la journée de solidarité lundi de Pentecôte pour aider à lutter contre la dépendance, d’autres auraient besoin d’aide : Il faut instituer une journée de solidarité pour sauver la droite...

Les Français cotisent suffisamment, mais la droite est dans un tel état qu'il faut peut-être faire un geste, comme pour les personnes âgées le lundi de Pentecôte. Mais l'UMP n'est pas frappée par l'âge, c'est le mariage gay qui rend ses membres fous. Nous en parlions déjà lundi matin, la droite ne reviendra pas sur la loi autorisant le mariage homosexuel. Même dans la très catholique Espagne, il n'y a pas eu de retour en arrière. Mais il n'y a rien à faire, le parti étale ses divisions au grand jour. Il y a ceux qui mentent en disant qu'on pourra abroger le texte, ceux qui pensent qu'on ne réécrit pas l'histoire et ceux qui disent comme Christine Boutin que la loi morale est au-dessus des lois de la République. Quelle cacophonie ! La question du mariage pour tous est le catalyseur des divisions qui minent le parti.

Mais l'UMP rassemble sous sa bannière plusieurs familles politiques. C'est normal que sur un tel sujet de société, il y ait des voix discordantes.

Ce qui n'est pas normal, c'est qu'un an après la défaite de Nicolas Sarkozy, le parti soit incapable d'une unité dans le respect de certains courants de pensée. Il y a toujours eu plusieurs droites : les centristes, les conservateurs, les partisans d'une droite bonapartiste, plus autoritaire. Mais là, même réunis sous la bannière UMP, une mère ne reconnaîtrait pas ses petits ! François Hollande est le président le plus impopulaire de la 5e République, la droite a un boulevard devant elle pour proposer aux Français un avenir, et en ce moment, elle est obsédée par le mariage pour tous et ne jure que par la primaire pour se désigner un chef. C'est suicidaire.

L’idée d’organiser des primaires a été un grand succès à gauche ! La droite a peut-être raison de s'en inspirer…

La droite a le culte du chef. Quand on est obligé d'organiser des primaires ouvertes en 2016 comme le souhaite l'UMP, c'est qu'il n'y a pas de chef qui s'impose. Et puis une primaire, ça signifie la mort d'un parti ! A quoi sert l'UMP, quel programme, quelles idées ? A quoi servent les militants, si le but, c'est que tous les français choisissent un candidat ? En ce moment, l'UMP organise des primaires à Paris pour les municipales de 2014. Est-ce que ça passionne les parisiens ? Non ! La mobilisation est tellement faible (10 000 personnes) que la date d'inscription pour participer à la primaire fin mai est repoussée de 5 jours. Et quel scénario se déroule sous nos yeux ? La favorite de la primaire Nathalie Kosciusko-Morizet est attaquée par les anti-mariages pour tous qui appellent à voter contre elle. C'est à dire que la droite est capable de se saborder pour les municipales à Paris ! Et au fait, où est François Fillon qui s'est déjà déclaré, lui, pour les primaires de 2016 ? Et bien il peaufine sa stature de présidentiable au Qatar. Pourtant c'est vraiment en ce moment que les électeurs de droite attendent de lui qu'il mette les mains dans le cambouis...

Ecoutez ici le Parti Pris de Véronique Jacquier de ce mardi 21 mai.

Véronique Jacquier