BFMTV

Huile de palme: à quelques heures d'un nouveau vote, Hulot appelle à revenir à "une forme de raison"

Nicolas Hulot, ex-ministre démissionnaire, a considéré que l'amendement voté cette nuit, qui maintient la présence de l'huile de palme sur la liste des biocarburants n'était "pas cohérent" avec le plan qu'il avait engagé au gouvernement lorsqu'il était ministre de la Transition Écologique.

À quelques heures d'un nouveau vote sur l'huile de palme à l'Assemblée nationale, l'ancien ministre de l'Écologie Nicolas Hulot a appelé à "revenir à une forme de raison", lors de la troisième convention citoyenne pour le climat à Paris.

La veille, les députés avaient voté un amendement conversé à l'Assemblée nationale, reportant à 2026 l'effacement de l'huile de palme de la liste des biocarburants: une décision aussitôt dénoncée par les écologistes qui fustigent "le lobbying éhonté de Total". À la demande du Premier ministre, un nouvel examen de la loi aura lieu ce vendredi soir.

Nouveau vote vendredi soir

"Je ne sais pas ce qui s'est passé, pourquoi ça a surgi en pleine nuit nuit ou alors je ne le sais que trop bien mais prolonger ça avec les informations qu'on a sur le rôle néfaste de l'huile de palme sur la biodiversité et le climat, (...) ce n'est pas cohérent avec le plan que j'ai engagé", s'est étonné Nicolas Hulot face à la presse ce vendredi après-midi. "Mais j'espère qu'on va revenir à une forme de raison tout à l'heure", a-t-il ajouté.

"Je pense que les événements qui se succèdent: les incendies, les inondations, les déplacements de population, montrent qu'il y a une réalité qui s'impose et personne ne peut y rester insensible", a poursuivi l'ancien ministre démissionnaire. "L'écologie n'est pas une variable d'ajustement, c'est un changement de société. On ne pourra pas le régler en deux ans mais on peut se fixer des objectifs irréversibles pendant ce quinquennat", a-t-il encore défendu.

Jeanne Bulant