BFMTV

« Hors la loi : un film trop contradictoire »

Rémy Kauffer, historien spécialiste de l'Algérie, invité de Bourdin Direct sur RMC.

Rémy Kauffer, historien spécialiste de l'Algérie, invité de Bourdin Direct sur RMC. - -

Historien spécialiste de l'Algérie, des services secrets et des renseignements, Rémy Kauffer était l'invité de Bourdin Direct ce mercredi matin, à l'occasion de la sortie du dernier film de Rachid Bouchareb, Hors la loi.

Historien spécialiste de l'Algérie, des services secrets et des renseignements; professeur à Sciences-po Paris et à l'école de guerre économique; membre du comité éditorial du magazine Historia, Rémy Kauffer était l'invité de Bourdin Direct ce mercredi matin, à l'occasion de la sortie du dernier film de Rachid Bouchareb, Hors la loi.

Ce film met en scène trois frères séparés par la guerre d'Algérie. Après les massacres de Sétif, Messaoud (Roschdy Zem) s'engage et part en Indochine où il va vivre l'enfer sous l'uniforme français. Abdelkader (Sami Bouajila) devient un pilier du FLN [Front de libération nationale] inflexible et brutal. Saïd (Jamel Debbouze) refuse d'entrer chez Renault comme ses compagnons du bidonville de Nanterre, et fait fortune dans les cabarets et les clubs de boxe de Pigalle. Finalement, ils se retrouvent tous trois à Paris, à faire front, ensemble, après s'être violemment affrontés autour de la question de l'engagement politique. Considéré par certains comme un film anti-français, il a suscité la polémique avant même sa présentation à Cannes en mai dernier.

« Des scènes totalement impossibles dans le contexte de l’époque »

Rémy Kauffer a notamment pointé les nombreuses incohérences historiques du film : « C’est un film trop contradictoire. Il a voulu mélanger deux choses : d’une part raconter l’histoire de la fédération de France du FLN, pendant la guerre d’Algérie, de 1955 à 1961 ; et d’autre part, le traiter avec tous les codes du film noir. Vous avez des fusillades totalement impensables dans ce cadre-là, l’enlèvement d’un haut responsable de la DST [Direction de la surveillance du territoire], qui évidemment n’a jamais eu lieu… Des scènes totalement impossibles dans le contexte de l’époque. Le choc de ces deux préoccupations aboutit à un film très contradictoire.
Et sur le plan historique, il est décevant. Je me demande comment les anciens militants de la fédération de France du FLN vont prendre ce film dans lequel ils sont décrits comme des héros de westerns, qui tirent. Le chef de la région militaire France métropolitaine attaque lui-même un commissariat de police pour tuer un policier : c’est totalement impensable dans l’organisation FLN et je pense que cela dessert un peu les anciens. Ils ne vont pas être très contents parce qu’ils sont transformés en espèce de héros de BD. »

Pour retrouver l'intégralité du podcast de l'interview de Rémy Kauffer chez Jean-Jacques Bourdin, cliquez ici.

bourdinandco