BFMTV

Hollande: "Si je pensais que ma politique n'allait pas porter ses fruits, j'en aurais changé"

François Hollande à La Réunion

François Hollande à La Réunion - Laurent Capmas - AFP

"On maintient le cap et on est dans le mouvement, on force l'allure", a confié le chef de l'Etat durant son voyage à La Réunion et peu avant de s'envoler pour Mayotte.

François Hollande a promis qu'il y aurait "dès la semaine prochaine" des "annonces" sur les dossiers prioritaires de la rentrée (logement, professions réglementées, investissement et emploi), réaffirmant sa volonté de "forcer l'allure", à Saint-Denis-de-la-Réunion."On maintient le cap et on est dans le mouvement, on force l'allure", a confié le chef de l'Etat.

"Toute autre politique aurait enfoncé le pays soit dans la dette soit dans la désagrégation sociale", a-t-il dit. "Si je pensais que ma politique n'allait pas porter ses fruits, j'en aurais changé", a-t-il insisté, faisant valoir "sa constance".

2017, le "mandat suivant" et Schröder

Mais le chef de l'Etat reconnaît aussi "que le pacte de responsabilité n'aura d'effet qu'à moyen terme" et able à court terme "sur l'effet psychologique d'un cadre suffisamment stable pour que la confiance revienne. (...) Le problème français, c'est un problème de confiance dans l'avenir". Mieux, le locataire de l'Elysée n'exclut pas que "les politiques qu'il mène soient profitables à d'autres" que lui.

Et l'avenir justement, François Hollande y pense même s'il refuse de se projeter en 2017. Le président de la République est convaincu que "c'est une idée de fausse de penser qu'on ne peut pas faire des réformes et gagner". Le chef de l'Etat note aussi que l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder avait "perdu de peu" après avoir engagé une vaste réforme du marché du travail.

Dans son entourage, on confirme néanmoins que "sans résultats, il sera impossible de se présenter à nouveau face aux Français".

S.A. avec Pauline de Saint-Rémy et AFP