BFMTV

Hollande confirme qu'il ne se retire pas de la vie politique

Dans une interview accordée à TV5 Monde diffusée ce mercredi, l'ancien chef de l'Etat a expliqué qu'il dirait "ce qu'il a à dire" à un "certain moment" et a répété qu'il comptait rester dans le paysage politique.

L'ancien président François Hollande a affirmé dans un entretien accordé à TV5 Monde diffusé ce mercredi qu'il n'abandonnait pas la vie politique et qu'il dirait "à un certain moment", ce qu'il a "à dire", sans "empêcher notre pays de se redresser".

"Même quand j'ai décidé, pour les raisons que j'avais indiquées, de ne pas me représenter, il y avait une situation qui me paraissait trop dangereuse, j'avais dit que je ne me retirerai pas de la vie politique", a déclaré l'ancien chef de l'Etat, depuis le festival du film francophone d'Angoulême, francophonie à laquelle il s'est dit "très attaché". Il a alors poursuivi, détaillant son rapport à la politique, rejetant le terme de "passion": "La politique, c’est la vie de nos compatriotes, celle du monde. La politique ne se réduit pas simplement à l’Hexagone."

"Je m'étais préparé à quitter l'Elysée"

En plus de confirmer qu'il restait dans le monde politique, il a précisé les contours de son rôle actuel: "Aujourd’hui, je suis dans une forme de retrait dû au fait que j’étais encore président il y a trois mois et que je ne veux pas compliquer la tâche de mon successeur." Il a appuyé: "Donc je me suis astreint à une réserve, une retenue que chacun peut comprendre mais qui ne m’empêchera pas à partir d’un certain moment de dire ce que j’ai à dire sous des formes diverses, et sans jamais vouloir contrarier ou empêcher notre pays de se redresser."

Le journaliste de TV5 Monde lui a encore demandé s'il avait eu du mal à quitter les appartements présidentiels de l'Elysée: "Je m’étais préparé à quitter l’Elysée. Je savais que j’allais passer d’une période très intense à une période qui le serait moins. Mais ce qui compte pour moi, avant toutes choses, c’est l’état du pays et pas ma propre personne."

R.V. avec AFP