BFMTV

Hirsch : « La prise en charge à 100% est souvent une fausse protection »

BFMTV

Le Haut Commissaire aux Solidarités, interviewé par Jean-Jacques Bourdin, a réagi aux dispositions avancées par le gouvernement sur les remboursements des soins.

Jean-Jacques Bourdin : Roselyne Bachelot annonce qu'un projet de loi sur la répartition entre soins remboursés par l'assurance maladie et soins relevant de la prise en charge individuelle, sera présenté au premier semestre 2009. Attention, on parle de hiérarchisation des maladies, est-ce qu'il faut entrer dans cette logique là ?

Martin Hirsch : On est déjà rentré dans des tas de logiques, c'est-à-dire qu'il y a déjà des maladies pour lesquelles il y a une prise en charge à 100%, d'autres pour lesquelles ce n'est pas le cas. Cette prise en charge à 100% est souvent une fausse protection : il y a des gens qui ont une infection longue durée, les soins pour cette maladie sont pris en charge à 100% mais quand ils ont des soins ou des médicaments pour d'autres maladies, c'est mal pris en charge. C'est pour ça que dans le débat qui va avoir lieu d'ici 2009, j'essaie de dire qu'il y a des mesures qui sont peut-être plus simples, moins bureaucratiques, moins administratives et plus justes tout simplement : dire simplement à quelqu'un qu'en fonction du revenu il sera assuré de ne pas avoir à sortir de sa poche plus de telle ou telle somme, même si cette personne est très gravement malade.

Jean-Jacques Bourdin : Et les franchises médicales, ça doit vous choquer ?

Martin Hirsch : Je l'avais dit que ça me choquait.

Jean-Jacques Bourdin : Il faut les augmenter ces franchises médicales ?

Martin Hirsch : Ça résout le problème si on fait le bouclier sanitaire. Je suis habitué à avancer des idées pour lesquelles on dit d'abord « non », ensuite « peut être », puis « non » à nouveau et finalement « oui ».

La rédaction-Bourdin & Co