En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
A migrant walks past folding beds in a gymnasium on August 22, 2017 at a camp set up at the Physical Education Institute, the sports campus of the Pantheon-Assas University in Paris. 
PATRICK KOVARIK / AFP
 

Une vingtaine d'associations de défense des étrangers et de lutte contre l'exclusion vont saisir le conseil d'Etat à propos de la circulaire sur l'hébergement d'urgence diffusée en décembre par le ministère de l'Intérieur. Elles craignent la fin du principe d'accueil inconditionnel des personnes en détresse dans les centres d'hébergement. 

Inscrivez-vous à la Newsletter Politique

Newsletter Politique

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Rav22
    Rav22     

    Pour ces associations bien pensantes, combien de leurs militants prennent des migrants chez eux, là ce serait parfait, mais ???

  • Esmeralda
    Esmeralda     

    Ces associations ont beaucoup trop de pouvoirs Mais d'où vient leur arrogance , elles sont subventionnées et puis elle prétend mettre au pas le gouvernement qui a déjà réculé sur un point. Voyons la suite.

  • ID24
    ID24     

    Les assos commencent à nous courir sur le haricot ! Marre que nos impôts payent ses feignants incapables de trouver un job et qui se rabattent sur les assos. en se prenant pour les sauveurs de l'humanité.

  • ID24
    ID24     

    Les assos commencent à nous courir sur le haricot ! Marre que nos impôts payent ses feignants incapables de trouver un job et qui se rabattent sur les assos. en se prenant pour les sauveurs de l'humanité.

  • passur
    passur     

    J'ai ma fille qui cherche un logement, en tant que française par filiation, elle ne peut rien avoir, alors, que dois-je penser de ses personnes, RAB

  • kojiki
    kojiki     

    Les associations n’ont qu’a vivre de leurs dons , on verra , s’ils ont cette légitimité à défier toute une société.

  • Picto
    Picto     

    Quand on n'est pas ceux qui paie l'addition pour le soutien inconditionnel de tous les nécessiteux, c'est trop facile de se liguer contre les gestionnaires des finances.
    Si ces gestionnaires des fiances venaient à augmenter les impôts pour combler les déficits des largesse sociales, les mêmes feraient barrage au gouvernement.

    Y en a marre de ces gens qui croient à l'état providence.
    Tout avoir de l' état et ne jamais rien vouloir payer.

    C'est trop facile de clamer : "c'est aux autres de payer".
    Comment leur faire comprendre la réalité du social.

    C'est bien, en théorie, le social, mais comment payer ???
    C'est pareil pour la santé, les retraites, les salaires .... tout vouloir comme un du, mais ne rien faire pour financer

  • Julien_Bordeaux
    Julien_Bordeaux     

    soutient total à Mr. Colomb. Les assos ne se rendent pas compte qu'elles desservent leur propre cause en créant un appel d air. Comme si elles étaient drogués à l'humanitaire de telle manière qu'elle souhaite plus que tout au monde avoir des gens en centre d'hébergement

    vanda100
    vanda100      (réponse à Julien_Bordeaux)

    La toute première raison de la motivation des humanitaires, c'est la préservation de leur job et leur carrière dans les grosses associations. Si les campements de Calais ont tant duré –et ils reviennent- c’est aussi parce qu’il y avait des associations très implantées... Plus de la moitié des fonds donnés aux associations les plus importantes servent à + 50 % aux frais de fonctionnement y compris donc les salaires.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Que ces associations,si promptes à aider les migrants,le fassent avec leurs moyens et leurs aides personnelles,pas d'argent des contribuables.

    Largofons
    Largofons      (réponse à mirabelle57)

    Exactement, tout à fait d’accord.

Votre réponse
Postez un commentaire