BFMTV

H. Désir sur l'affaire Guéant : « A l'image des affaires glauques du Sarkozysme »

Harlem Désir

Harlem Désir - -

Le premier secrétaire du Parti Socialiste était invité sur RMC et BFMTV ce mardi matin. Harlem Désir, qui ne fait pas l’unanimité au sein de son propre camp, a défendu la politique menée depuis un an par le chef de l’Etat.

Harlem Désir, invité sur RMC et BFMTV ce mardi matin, est venu défendre la politique de François Hollande, un an après l'élection de ce dernier à la tête de l’Etat. Au plus bas dans les sondages, François Hollande a annoncé lundi un grand plan d’investissements de 10 milliards d’euros pour les dix ans à venir sur trois axes principaux : "la bataille pour l'emploi", "la jeunesse" et "la préparation de l'avenir". Un plan que défend Harlem Désir qui dit en avoir « assez du Hollande Bashing ».

Sur la candidature de Cahuzac aux élections législatives partielles de Villeneuve-sur-Lot

8h55 - Harlem Désir : « Le retour de Jérôme Cahuzac en politique serait en totale contradiction avec ce qu'il vous avait dit [...] Il reconnaissait que les mensonges qui avaient été les siens, les fautes qu'il a commises, l'évasion fiscale le rendaient désormais indigne de tenir un mandat public. Il serait deux fois parjure s'il se présentait à cette élection et ne ferait que handicaper les chances de la gauche de reprendre cette circonscription ».

Sur l'affaire des tableaux de Claude Guéant

8h53 - Harlem Désir : « Cette affaire est à l'image de toutes les affaires glauques du Sarkozysme : opacité, bizarreries. Les affaires sont en cours. La justice doit faire son travail jusqu'au bout en toute transparence ».

Sur le retour de Nicolas Sarkozy en politique

8h50 - Harlem Désir : « J'ai lu qu'il allait à Las Vegas, ce n'est pas ça qui va le rapprocher des Français. Il n'y a d'ailleurs pas chez eux d'attente du retour de Nicolas Sarkozy. François Fillon est le Richard Virenque du sarkozysme. Il est en train de nous dire qu'il a été le Premier ministre de Nicolas Sarkozy à l'insu de son plein gré ».

Sur Jean-Luc Mélenchon

8h48 - Harlem Désir : « Je dis à Mélenchon : la gauche ce n'est pas que la revendication, c'est la gauche, il faut agir ensemble en respectant les sensibilités ».

Sur le « printemps des cons » de Jean-François Copé

8h46 - Harlem Désir, qui avait dénoncé dès lundi soir les « faux procès en illégitimité » d'une droite « aigrie par la perte du pouvoir », accuse Jean-François Copé d'« insulter » les Français : « Il abaisse le débat politique. C'est un mépris vis-à-vis des choix démocratiques qui ont été faits par les Français le 6 mai. Je luis demande de cesser cette vulgarité ».

Sur le remaniement

8h45 - Harlem Désir : « François Hollande y travaille. Il y aura une conférence de presse dans quelques jours. Il a le mérite d'être le président du courage ».

Sur le déficit

8h42 - Harlem Désir : « En 2013, le déficit descendra en dessous de 4%. Il n'y a pas de politique d'austérité alors qu'il y a la récession en Europe ».

Sur les couacs et la réaction de François Hollande

8h41 - Harlem Désir : « François Hollande est constant, il est ferme ».

Sur les fuites autour du texte anti-Merkel

8h39 - Harlem Désir : « Je ne connais pas le coupable. Je ne suis pas à la tête d'une inspection de police ».

Sur les ventes de participation dans les entreprises

8h37 - Harlem Désir : « Ce sont des actifs. Il s'agit de trouver du capital pour que l'on soit demain pionnier dans les secteurs d'avenir. Ces cessions ne serviront pas à combler le déficit, ni au budget de l'Etat, ni à financer le crédit d'impôt. Il s'agit d'une stratégie industrielle. Il ne faut pas toucher au capital de la SNCF ni à celui de La Poste ».

Revivez la matinale complète de Bourdin & Co

Tugdual Dieuleveult avec Jean-François Achilli