BFMTV

Grève du 5 décembre: Mélenchon appelle les Français à ne pas "faire les moutons" et à se mobiliser

Jean-Luc Mélenchon lors d'un débat à l'Assemblée Nationale, le 15 octobre 2019, à Paris

Jean-Luc Mélenchon lors d'un débat à l'Assemblée Nationale, le 15 octobre 2019, à Paris - Christophe Archambault / AFP

Le leader de la France insoumise a appelé sur Twitter à une mobilisation massive des Français du 5 au 7 décembre contre la réforme des retraites, et pour défendre "une société de solidarité et de partage".

Le chef de file de LFI Jean-Luc Mélenchon a appelé ce vendredi dans une vidéo postée sur Twitter à une mobilisation importante des Français contre la réforme des retraites, du jeudi 5 au samedi 7 décembre, pour "battre le fer tant qu'il est chaud". Il a comparé le fait de ne pas se mobiliser avec un comportement de "moutons", et a affirmé qu'il ne faut pas rester dans l'inaction.

"Si vous faites les moutons, vous serez tondus. Et le 5 décembre, il faut se mettre dans l'action. Et moi je vais pas vous le demander en vous disant 'pardon', 's'il vous plaît', je vous caresse la tête... non" a lancé Jean-Luc Mélenchon.

La grève pourrait être "un point de bascule" selon lui

Il estime que si les manifestants sont "nombreux dans la lutte et dans la rue, ça peut être un point de bascule" face à un gouvernement qui "a une peur bleue de ce qui va se passer le 5", journée de mobilisation nationale contre la réforme des retraites à l'appel des syndicats. Et note que "tout le monde" pourrait manifester le samedi 7 "sans que ça coûte une journée de travail".

"Vous pourriez venir le 7, il y aura des gilets jaunes dans la rue. Si on était très nombreux ça ferait un 5 à 7: on passe du 5 décembre, on fait la grève massivement (...), et puis le 6, et puis le 7, le samedi, tout le monde serait là et pourrait participer à l'action", dit-il.

Aux jeunes qui pensent que se mobiliser ne sert à rien, le patron des députés Insoumis assure que "toute lutte finit par payer" même si "c'est pas instantané". "La non mobilisation, le résultat, c'est la vie que vous menez. Elle vous plaît? Non. Alors faut vous mobiliser", lance-t-il.

Il appelle à "défendre le fondamental de ce à quoi on croit: une société de solidarité et de partage. Et on arrête de regarder dans l'assiette du voisin en disant 'il en a plus que moi', parce que c'est pas le sujet. Le sujet, c'est défendre un bien commun", plaide encore Jean-Luc Mélenchon.

Julia Galan avec AFP